Wine Day : la jeunesse aux commandes

Publié le 11 juillet 2022

L’Hostellerie des Fines Roches est une vitrine idéale pour présenter une quarantaine de cuvées produites par dix jeunes vignerons, réactifs et innovants. (FP)

Cigales frénétiques, ciel bleu insolent, soleil triomphal, château néo-médiéval… Les Jeunes agriculteurs de Vaucluse ont joué, avec succès, la carte postale provençale lors de leur 14e ‘Wine day’, à l’Hostellerie des Fines Roches à Châteauneuf-du-Pape.

L’atmosphère tranchait avec la 13e édition, présentée en octobre dernier dans le même lieu prestigieux, mais avec froidure, vent et pluie… Cette fois, les dégustations, les découvertes, les échanges animés ont pu se dérouler agréablement à l’extérieur, sous les grands pins. Jordan Charransol, vice-président des Jeunes agriculteurs de Vaucluse, ouvre le salon, tout heureux de retrouver un public enthousiaste : “C’est avec plaisir que cette année nous accueillons des domaines récemment créés, mais aussi des habitués, ce qui prouve l’attractivité de notre métier et de notre département. Bien que l’on se heurte à de nombreuses difficultés, des jeunes très motivés continuent de s’installer, assurant ainsi le renouvellement des générations”.

Puis, Julien Latour, désormais ex-JA, ajoute avec un brin d’humour : “Pour moi, c’est spécial : je suis maintenant à la FDSEA, même si je suis encore un peu JA dans ma tête. Vous êtes dynamiques, vous défendez avec ferveur la viticulture et l’agriculture, comme le prouvent vos actions récentes dans les grandes surfaces. Nous travaillons ensemble. Quand les JA poussent, l’agriculture grandit”. Un slogan maintes fois brandi, mais toujours autant d’actualité.

Face à eux, nombre d’élus et partenaires – Département, Chambre agriculture, Crédit Agricole et Groupama Méditerranée pour n’en citer que quelques-uns – avaient également fait le déplacement, aux côtés du maire de Châteauneuf-du-Pape, Claude Avril : “Nous sommes des êtres attachés à leur terroir. C’est important que les vignobles soient incarnés par des jeunes”. Des propos auxquels acquiesce volontiers la députée d’Orange, Marie-France Lorho, faisant allusion au dernier ‘Wine day’ : “Le vin est aussi bon à l’intérieur qu’à l’extérieur. Et, dans les deux cas, c’est toujours aussi difficile de choisir?!”. Quant à son voisin le député de Carpentras, Hervé de Lépinau, il salue le travail au quotidien des vignerons, et en profite pour souligner sa proximité avec le monde agricole, grâce à son frère, directeur d’Adivalor.

Bavardages bienvenus et dégustations gourmandes

Les nombreuses personnalités et visiteurs, accueillis par le directeur de l’Hostellerie, Denis Duchêne, ont ensuite fait le tour des dix stands. Au fil des étals, Loïc Massart présente sept cuvées du Domaine des Chemins de Sève, à Vaison-la-
Romaine, à un couple de Lyonnais de passage : “Il y a une règle que j’aime observer : il faut déguster les vins là où ils sont produits”, confie le touriste après avoir tasté différents nectars.

Jordan Charransol, vigneron au Cellier des Templiers de Richerenches, n’oublie pas de son côté de faire découvrir ses six cuvées, ses rouges et rosés et surtout son fameux blanc ‘Terra Quercus’ 2021, lauréat du Trophée du savoir-faire vigneron cette année. Un peu plus loin, au stand du Domaine de Vaubelle, à Beaumes-de-Venise, fort de 40 hectares situés entre Vacqueyras et Gigondas, Aurélie et Tristan Lesbros dévoilent leurs rouges de Gigondas, Vacqueyras et Beaumes, impatients de prendre la relève : “Nous allons nous installer en 2024, sur les terres exploitées actuellement en SCEA par notre père et notre oncle”.

Frais et doux

Avec le temps idéal, chacun prend son temps, tels ces touristes américains arrivant de New-York. Ils sont conquis par les vins du Domaine du Chat Blanc, de Pernes-les-Fontaines, “frais et doux, rafraîchissants et faciles à boire”. Paul Chatal – installé avec son père depuis deux ans en AOC Ventoux sur 4,50 ha, séduit par la viticulture après des études d’informatique – précise : “J’ai obtenu mon BTSA viti-œno au lycée viticole d’Orange. Nous vinifions avec peu de sulfites nos cuvées ‘Bien nez’ rouge 2021 et ‘Nouveau nez’ IGP Méditerranée rosé”.

Au Domaine Roman de Jonquières, Arnaud Roman – installé depuis 2022 – vinifie 5 ha de côtes-du-rhône villages Plan de Dieu et Vacqueyras. Pour l’occasion, il est venu faire découvrir aux passionnés cinq cuvées. À ses côtés, abritée par un parasol bienvenu, Justine Féraud – qui fait goûter sa cuvée ‘Tradition’ 2019 – détaille le Domaine de Porte Rouge, à Châteauneuf-du-Pape, aux badauds curieux : “Racheté par
le Domaine de Pégau, il s’étend sur
3,5 hectares de châteauneuf-du-pape, en grenache, syrah, mourvèdre et cinsault, cultivés, en bio
”.

Des premières,  encore et toujours

Mais la fête ne s’arrête pas là?! Le grand tour du ‘Wine day’ passe aussi par une étape au Domaine d’Abrigeon, à Vaison. Le vigneron, Julien d’Abrigeon, vient de réaliser sa première cuvée. Pour son premier salon, il est ravi de montrer et déguster sa cuvée 100 % grenache ‘Coquelicot’ 2021 classée en Vin de France : “Les gens qui n’aiment que le grenache sont ravis?! Je me suis installé fin 2020, j’ai acheté une parcelle d’un hectare à Buisson, puis j’ai pris en fermage sept hectares de grenache et syrah, en bio et biodynamie, qui sont actuellement élevés en vieux fûts et que je mettrai en bouteille en 2023”. Autre détour par le Château Gigognan, de Sorgues, et ses cuvées de châteauneuf-du-pape Signargues et côtes-du-rhône villages 2017 et 2019?; puis chez Julien Brunet, qui présente ses vacqueyras, plan-de-dieu et côtes-du-rhône blancs et rosés, inscrits dans la gamme Rhonéa.

Enfin, dernière étape avec Julien Bertrand, du Mas de l’Escarade, à Buisson, fan de bio, qui présente deux cuvées : “Je suis installé seulement depuis quatre mois sur six hectares de Côtes du Rhône Village Vaison, et j’ai eu mon premier client hier?!” lance-t-il avec satisfaction. “J’ai commencé à vinifier en 2020. Je suis tout en bio, et je serai en biodynamie en 2023.” Plein d’idées, s’inspirant du calendrier lunaire pour travailler ses terres, le jeune vigneron envisage aussi de consigner ses bouteilles, mais il y a d’ores et déjà apposé des étiquettes ensemencées de graines de fleurs des champs : “La colle est naturelle, l’étiquette s’en va facilement avec un peu d’eau. On peut la jeter dans la nature, des fleurs pousseront…” Il utilise une cire certifiée 100 % naturelle, et ses vins sont exempts de produits œnologiques : “Pas de levures, et juste un soupçon de sulfites”. D’ailleurs, il le revendique, il n’aime pas les machines : “Mon raisin est foulé et pigé à la main, et tous les mouvements du vin se font par gravité”. Et très vite, comme tous les autres, il est happé par les questions des dégustateurs, qui s’émerveillent en jetant un œil aux alentours : “Que des jeunes, c’est super. Vraiment chouette?!”.


ViticultureWine day JA 84 2022