Viticulture : Avec l’arrivée du Cercle des vignerons du Rhône, Rhonéa passe un nouveau cap

Publié le 11 juillet 2019

Pascal Tourniayre, président de la cave ‘Les coteaux de Visan’, Claude Chabran, président de la cave Rhonéa, Antoine Müller, directeur général du Cercle des vignerons des Côtes du Rhône, Pascal Duconget, directeur général de Rhonéa, Thierry Eysseric,

Le Cercle des Vignerons du Rhône rejoint Rhonéa dans une nouvelle union majeure pour les crus et appellations de la Vallée du Rhône.

Le 26 juin dernier, le Cercle des Vignerons du Rhône (CVR) – qui comprenait les caves de Rasteau, Visan et Sablet – a rejoint Rhonéa, issu de l’union des caves coopératives de Vacqueyras et Beaumes-de-Venise en 2014. Ces cinq caves, chacune leader de leur appellation, se lancent un nouveau challenge en signant une nouvelle union qui vise à offrir des moyens supplémentaires pour « la construction d’une marque forte, déployer et valoriser les terroirs de la Vallée du Rhône, rémunérer le raisin des artisans vignerons pour qu’ils puissent vivre de leur travail », annoncent elles dans un communiqué.

Le Cercle des vignerons avait été créé en juillet 2015 par les caves coopératives de Rasteau et de Visan, pour « mettre en commun leur savoir-faire et leur expertise commerciale, logistique et administrative ». La cave de Sablet renforcera cette union en les rejoignant, en février 2017. L’année 2019 marque donc une nouvelle étape dans la construction d’un poids lourd en Vallée du Rhône.

Le premier producteur de crus en Vallée du Rhône.

Avec l’arrivée du CVR dans ses rangs, Rhonéa redéfinit sa stature ses moyens de production, en passant de 8 à 12,5 millions de bouteilles commercialisées en 2018, et de 70 000 à 123 000 hl, pour un chiffre d’affaires qui évolue en conséquence de 33 à 54 millions d’euros. De plus, Rhonéa passe de 168 à 388 exploitations viticoles et devient le premier producteur de crus en Vallée du Rhône, dont Vacqueyras, Beaumes-de-Venise, Rasteau, Gigondas et Cairanne.

Pour les deux structures, les enjeux de cette union sont « majeurs » et les ambitions « multiples » :

  • conquérir l’international et gagner en notoriété, autour de différentes appellations ;
  • consolider ses parts de marchés sur le territoire, avec une marque puissante, lisible et porteuse de sens pour le consommateur français ;
  • fédérer les vignerons autour d’un projet commun et de valeurs fortes, via une politique environnementale vertueuse pour soutenir et développer le patrimoine viticole.

« L’entrée du Cercle des Vignerons du Rhône au capital de Rhonéa permet d’enrichir les équipes avec de nouvelles ressources, d’étoffer son offre de produits, de mettre en commun les compétences commerciales, marketing et logistiques, de fédérer de nouveaux acteurs de la filière et permettre aux artisans vignerons de valoriser leurs exploitations », explique Pascal Duconget, directeur général de Rhonéa.

Doubler les parts de marchés à l’export en cinq ans…

À l’horizon 2024 l’objectif est ambitieux, puisque Rhonéa souhaite faire progresser son chiffre d’affaires export, pour quasiment doubler les parts de marchés en 5 ans. « Cela représente un développement de 7 millions d’euros de chiffre d’affaires sur la période. En tant que premier producteur de crus dans la Vallée du Rhône, Rhonéa s’est fixée l’ambition d’être une signature forte et reconnue, créatrice de valeur pour l’ensemble de ses quelque 400 artisans-vignerons. »

L’arrivée de CVR au sein de Rhonéa a pour but de consolider cette stratégie et de se donner les moyens de développer cette expertise export, avec un plan de développement ambitieux de l’ordre de 1,8 millions de cols en 5 ans. « Cela permettra notamment le développement d’un réseau de distribution en Chine et aux USA », de consolider un portefeuille client, d’enrichir les équipes avec de nouvelles ressources et « de recruter des experts pour appréhender les marchés les plus complexes », poursuit le directeur-général.

… et continuer à miser sur la gamme Terroir Daronton.

Sur le marché français, l’arrivée de Cercle des vignerons va notamment permettre d’amplifier la présence de la gamme Terroir Daroton, lancée en 2015 et déjà bien implantée en France avec plus de 500 000 bouteilles vendues en 2018 sur le marché domestique (+150% entre 2017 et 2018). « Cette union va permettre d’enrichir cette offre, de diversifier les terroirs de crus – comme Rasteau ou Cairanne – mais également les Côtes du Rhône Villages Visan, Sablet, ou encore de nouveaux terroirs comme Vaison-la-Romaine » annonce Pascal Duconget. L’union verra également la mise en œuvre d’une stratégie pour « dynamiser le circuit, communiquer auprès du consommateur et déployer une animation de vente pour couvrir le territoire ».

Enfin, les artisan-vignerons sont pour Rhonéa la clé de voute de son développement, d’où les actions mises en place depuis 2014 pour fédérer les artisans vignerons, entretenir un lien unique, donner du sens, favoriser des pratiques vertueuses, « avec pour unique but la pérennisation des exploitations de ses adhérents ». Rhonéa a ainsi reversé, en 2018, 55% du CA aux artisans vignerons et ambitionne, d’ici 5 ans, de passer à 60%.

« Intelligence collective, construction de marques, valorisation du travail et non du capital, modèle participatif… telles sont les actions déjà mises en place ces dernières années et qui vont encore prendre de l’ampleur avec l’arrivée de CVR au sein de Rhonéa », conclut Pascal Duconget.

CZ, d'après Rhonéa


ViticultureCôtes du Rhône, villages et crusRhoné CVR fusion cru vallée du rhône