Tour de France : étape 100 % vauclusienne et double ascension du Ventoux

Publié le 14 juin 2021

Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, entouré des maires de Malaucène et Sorgues, ainsi que de Maurice Chabert, président du département et de Dominique Santoni, déléguée au sport. (© ML)

Depuis l’annonce du tracé – qui réunira Sorgues à Malaucène, en passant deux fois par le mont Ventoux –, les villes de l’étape se préparent. À seulement quelques semaines du départ, le 7 juillet, les organisateurs mettent l’accent sur la beauté du département.

Elle était attendue de tous, cette étape vauclusienne, surtout par le président du Conseil départemental, Maurice Chabert, qui a maintes fois milité auprès de Christian Prudhomme pour qu’elle se produise. Le Vaucluse a souvent accueilli la ‘Grande boucle’, mais jamais le département n’avait eu droit à son étape rien qu’à lui, et encore moins à une double ascension du mont Ventoux. Thierry Lagneau et Frédéric Tenon, respectivement maires de Sorgues et de Malaucène (villes départ et arrivée), ne cachent pas leur joie. Le dernier exprime "le plaisir d’accueillir le Tour pour une petite ville comme la nôtre, avec ses petits moyens". Dans les deux villes, de nombreux aménagements et animations ont été mis en place, pour répondre à l’effervescence que génère cet événement sportif suivi dans le monde entier.

Pour Dominique Santoni, vice-présidente du Conseil départemental déléguée aux sports, cette étape est presque un "tour de Vaucluse". "C’est la première fois que l’ascension du Ventoux se fera deux fois dans la même étape, c’est historique", poursuit-elle. Alors que les nombreux souvenirs des précédents passages dans le département sont évoqués, c’est souvent la beauté du territoire qui revient dans les bouches de tous. "Le plus beau département de France", pour un Maurice Chabert à peine chauvin. "Dans le Vaucluse, vous avez une montagne sans pareille et un terroir qui se trouvent mis en avant. Le Tour de France est la meilleure bande-annonce pour le tourisme, les routes sublimes du département seront diffusées dans le monde entier", confirme Christian Prudhomme, directeur du Tour. Il s’accorde d’ailleurs à nouveau avec le président du Département pour remercier "les agriculteurs vauclusiens qui façonnent justement ce beau pays".

Les agriculteurs, partenaires historiques du Tour

Des agriculteurs étaient bien présents jeudi dernier, représentés entre autres par la FDSEA. Soucieuse de rappeler l’engagement traditionnel du monde agricole auprès de cet événement majeur, Sophie Vache, présidente de la FDSEA de Vaucluse, a remis un panier de produits locaux contenant notamment des cerises des coteaux du Ventoux (bientôt labellisées IGP) et des berlingots de Carpentras à Christian Prudhomme. La mobilisation reste toutefois plus compliquée qu’habituellement. "C’est difficile de réunir du monde avec une faible visibilité sur ce qui pourra se faire ou non", regrette Sophie Vache. Il n’y aura effectivement pas de village départ, avec les stands que l’on y retrouve normalement lors d’une étape. Un visuel sera notamment mis en avant sur le parcours, à Sault, et quelques produits seront distribués par l’intermédiaire des Jeunes agriculteurs et de 'Bienvenue à la ferme', qui mettront chacun en place des mini-caravanes quelques jours en amont de l’épreuve.

Un format à adapter, comme l’explique Christian Mounier, vice-président du Conseil départemental, président de la commission 'Agriculture, eau, environnement' : "La fois précédente, il y avait eu une distribution de fruits et légumes aux voitures de passages par les JA, au Ventoux. Cette année, ce n’est pas possible. Déjà, parce que le mont ne sera pas accessible aux voitures ; mais aussi parce que cela implique beaucoup de manutention et que, vu le contexte, nous devons adapter nos façons de faire". La forme que prendra la présence du monde agricole sur cette double ascension du géant chauve devrait se préciser dans les prochaines semaines.

Le Vaucluse, terre de vélo

La journée de conférence était bien choisie puisque le 3 juin marquait également la Journée mondiale du vélo. L’occasion parfaite pour profiter de cette visite de l’organisation du Tour et faire le parallèle avec le vélo de loisir. En effet, avec près de 2 000 km balisées, trois véloroutes (pour un total de 86 km), 100 clubs et près de 35 000 pratiquants réguliers, le Vaucluse porte bien son image de terre de vélo.

Le Département est aujourd’hui à pied d’œuvre pour permettre à la ViaRhôna (une des trois véloroutes) de rejoindre Avignon. Les travaux de la section entre Caderousse et Sorgues ont débuté en janvier et devraient se poursuivre, pour une mise en service espérée pour la saison estivale. Les travaux de la dernière section en direction de la cité des papes sont envisagés pour 2022. Un projet qui s’inscrit dans l’évidente nécessité d’intégrer le cyclisme dans notre vision du monde de demain, selon Dominique Santoni : "Il y aura une augmentation certaine de la fréquence d’utilisation du vélo d’ici les prochaines années, tant pour le quotidien que le tourisme. Les retombées économiques de ce dernier sont d’ailleurs plus importantes lorsque nos visiteurs se déplacent à vélo plutôt qu’en voiture". Avec un événement tel que le Tour de France – qui posera le Vaucluse en vitrine du territoire le temps d’une journée –, nul doute que la prochaine étape n’est pas uniquement sportive, mais également environnementale.

Manon Lallemand


OPA - Serv. publicsTour de france vélo cyclisme ventoux étape agriculture