Terroirs en Fête : l’agriculture au cœur de la nature

Publié le 13 juin 2022

Chambre d’agriculture de Vaucluse, Département, Comité de promotion des produits du Vaucluse, Chambre des métiers et de l’artisanat et de nombreux autres acteurs réunis autour d’un produit phare : la fraise ! (ML)

Tic, tac, tic, tac... Ça y est, l’événement incontournable mettant à l’honneur l’agriculture départementale est enfin de retour ce week-end, dans un format comparable à l’avant-Covid. Qu’il est bon se retrouver !

Quel bonheur pour la commune de Châteauneuf-de-Gadagne de retrouver, une fois encore, l’événement ‘Terroirs en fête’ ! Étienne Klein, le maire, ne s’en cache pas une seule seconde, d’autant plus que sa commune est elle-même persuadée de “la richesse de l’agriculture pour le présent” et de “la force qu’elle représente pour le futur”. “C’est un plaisir et un honneur pour nous d’apporter notre pierre à l’édifice. Il s’agit d’une manifestation dont on n’a plus besoin de vanter les mérites. La fête est toujours grandiose et pleine de nouveautés. Je doute que cette année fasse exception”, affirme-t-il

Des nouveautés, il y en aura effectivement puisqu’après une édition annulée en 2020 – et une en plus petit comité en 2021 –, l’événement devrait retrouver son envergure d’avant la pandémie. 155 producteurs, éleveurs et artisans vauclusiens sont attendus. Certains participent pour la première fois, d’autres renouvellent encore leur présence. Preuve que, petit à petit, la manifestation s’inscrit comme incontournable, dans les agendas, comme dans les cœurs. “Pour la troisième fois, nous serons présents à ‘Terroirs en fête’, car le Département nous soutient énormément et nous pouvons bien le lui rendre. Pas question de rater l’événement ! C’est aussi l’occasion de montrer notre savoir-faire et de vendre nos produits”, témoigne, par exemple, Ludovic Hauwelle, safranier et producteurs de plantes bio à Monteux.

“Terroirs en fête est l’événement le plus important pour l’agriculture du département. Cependant, sans nos partenaires, rien de tout cela ne serait possible”, rappelle Christian Mounier, vice-président du Département en charge de l’agriculture, l’eau et l’alimentation, représentant la présidente, Dominique Santoni. Des remerciements qui lui permettent d’ailleurs de présenter les différents stands qui se feront une place au parc de l’Arbousière, lieu de quatre hectares qui accueillera encore la fête.

Agriculture et artisanat, maillons d’une même chaîne

Ce week-end, les visiteurs auront le loisir de découvrir, déguster et déambuler gratuitement dans tout le parc. Si l’inauguration a lieu demain (samedi, ndlr) à 17 h 30, dès le début de l’après-midi, les gourmands pourront rendre visite aux Disciples d’Escoffier, ou découvrir le marché géant 100 % produits locaux (14 h - 20 h le samedi, 10 h - 18 h 30 le dimanche). Les curieux préféreront peut-être la ferme éducative, la démonstration de chiens de bergers ou encore la ruche éducative du Syndicat des apiculteurs de Vaucluse1.

Samedi soir sera également l’occasion de fêter dignement la tenue de l’événement, avec une soirée concert du groupe de musique ‘Fatum fatras’, aux mélodies inspirées à la fois des Balkans et des pays du bassin méditerranéen. Côté repas, le restaurant paysan ‘Plein air’ de Félix Droin2 mettra le terroir à l’honneur, tandis que ‘L’étable montilienne’ occupera l’espace rôtisserie et les Frères Jaumard représenteront le champignon emblématique du Vaucluse : la truffe !

Ce qui transparaît surtout, c’est la volonté martelée de refaire de l’agriculture et de l’artisanat des alliés dans la dynamique globale de relance de l’économie. “L’artisanat représente 36 % de l’activité entrepreneuriale du département et mène un partenariat fort avec l’agriculture. Nous sommes une chaîne et avons beaucoup à faire ensemble”, souligne Valérie Coissieux, présidente de la Chambre des métiers et de l’artisanat du Vaucluse. Pour redonner ses lettres de noblesse à l’artisanat comme à l’agriculture, elle peut compter sur la présidente de la Chambre, d’agriculture cette fois, Georgia Lambertin.

Cette dernière insiste sur la présence d’un ‘Espace VIP’ doté de canapés, à proximité du tipi de la Chambre, pouvant servir de lieu d’échanges et de mini-conférences. Sous le tipi, une thématique : l’agriculture au cœur de la nature et le nécessaire accompagnement des agriculteurs vers des exploitations plus résilientes. “Nous aurons également de grands panneaux sur la façon dont les producteurs utilisent les éléments, une fresque interactive, un atelier rempotage de graines pour les enfants, un bar à jus avec ‘En direct de nos fermes’...”, énumère la présidente. Elle n’en dit pas plus, il faudra venir demain pour tout découvrir !

Rappeler l’engagement du département

Pour le Département, c’est également le meilleure moyen de rappeler son soutien dans un climat global tendu. Il s’agit d’un “message puissant de soutien à nos agriculteurs, dans un contexte de guerre en Europe, où chacun redécouvre que manger local est plus que jamais la solution et notre avenir”, assure Dominique Santoni dans le dossier de presse, car absente à la présentation de l’événement. Christian Mounier a donc pris son relai de vive voix : “Nous avons environ 5 000 exploitations dans le Vaucluse. Ce n’est pas qu’une mission, mais bien un devoir de les accompagner. Non seulement ils nous nourrissent, mais, en plus, ils entretiennent le territoire”. Au-delà de la mention de la guerre par sa présidente, il ajoute que “la reconnaissance du monde agricole pendant le Covid, au travers la vente directe,  commence à s’estomper”. Pas question de se démobiliser donc.

Outre les habitudes de consommations à relocaliser, le défi majeur reste la capacité à s’adapter et faire face au changement climatique. “Il en va de notre devoir de donner des orientations pour l’avenir, notamment au sujet du développement de notre stratégie pour l’irrigation”, ajoute le vice-président. Heureusement, la plupart des élus ont été “visionnaires”, permettant à l’hydraulique agricole de se déployer depuis plusieurs décennies. Seul le nord du Vaucluse peine encore, mais est au cœur du l’important projet Hauts de Provence Rhodanienne (HPR)3.

Accompagnement à l’installation pour les jeunes avec le dispositif ‘Graines d’avenir’, alimentation avec le déploiement d’un Projet alimentaire territorial (PAT) à vocation sociale “pour ne laisser personne de côté”... Christian Mounier déroule son discours et n’oublie aucune thématique, et surtout pas celle des friches : “Grâce au dispositif de reconquête des friches, nous avons remis en culture 125 hectares ces dernières années”. Mais le cœur du sujet, c’est surtout la mission confiée par Dominique Santoni il y a deux mois : la remise en culture de friches pour les céréales, afin de reconquérir, en plus des terres, la souveraineté alimentaire. “Nous avons lancé le recensement. Mais, pour l’instant, il n’est pas possible de donner une surface. Nous devons surtout nous assurer que les parcelles potentielles puissent produire, et vu nos récurrents problèmes avec la sécheresse, certaines zones ne seront pas prioritaires”, explique le vice-président.

‘Terroirs en fête’ sera bel est bien le lieu de tous les enjeux ce week-end. Christian Gély, président du Comité de promotion des produits de Vaucluse, en est convaincu. À l’ombre de leur tente, le visiteur pourra déguster les multiples saveurs et recevoir des explications des producteurs. “Déguster, c’est bien. Mais expliquer, c’est encore mieux, surtout dans cette époque où les fakes news sont partout et dont l’agriculture souffre terriblement”, affirme le président.

Ne reste plus qu’à souhaiter à tous un bon week-end, sous un soleil éblouissant mais à l’ombre des arbres du parc de l’Arbousière, qui seront sans aucun doute très appréciés du public... attendu nombreux !

Manon Lallemand


OPA - Serv. publicsTerroirs fête châteauneuf circuit court festivité arbousière