Oléiculture : ‘La Balméenne’ à l’heure des mutations

Publié le 01 mars 2019

La salle des fêtes de Beaumes-de-Venise fait salle comble : 702 coopérateurs de la coopérative oléicole ‘La Balméenne’ sont présents, ou représentés, pour cette assemblée générale.

La coopérative oléicole ‘La Balméenne’ est en pleine évolution : chiffre d’affaires record, questions sur la commercialisation, projet de déménagement, changement de directeur. Résumé d’une assemblée générale à l’ordre du jour bien chargé.

La salle des fêtes de Beaumes-de-Venise fait salle comble : 702 coopérateurs de la coopérative oléicole ‘La Balméenne’ sont présents, ou représentés, pour cette assemblée générale un peu particulière, à trois titres : tout d’abord, parce qu’il va s’agir d’une double assemblée générale – ordinaire d’une part, puis extraordinaire en vue d’une modification des statuts – ensuite, parce que l’ambiance est aux questionnements sur la stratégie commerciale de la coopérative et, enfin, parce qu’il s’agit de la dernière AG pour Jean-Luc Vernet, directeur de ‘La Balméenne’ depuis 26 ans, qui va bientôt faire valoir ses droits à la retraite.

Après avoir vérifié que le quorum avait été atteint, le président de la coopérative, Stéphane Meissonnier, ouvre les débats, expliquant que l’ordre du jour était, toutefois, conséquent. L’AG ordinaire commence immédiatement, par une présentation des activités de la coopérative, du 23 octobre 2017 au 8 janvier 2018, puisque son activité est fixée par les rythmes de la saison de production oléicole.

Une belle campagne.

Les 1373 adhérents de ‘La Balméenne’ ont apportés, sur cette période, 442 tonnes d’olives, dont 338 t en catégorie A, 60 t en AOC Provence, 35 t en bio, 9 t en bio AOC. Après trituration, la production d’huile a été de 89 700 litres, dont 69 100 l en huile d’olive de France, 11 500 l en AOC Provence, 7400 l en bio, et 1700 l en bio AOC.

Côté vente, à partir de la production de 89 700 l, les coopérateurs ont retirés 38 460 l. Le prix du litre d’huile resté à ‘La Balméenne’ est vendu 11 €/l pour la catégorie A, 12 €/l pour l’AOC Provence, 12,90 €/l pour le litre d’huile bio, et 14,50 €/l pour l’AOC bio. En résumé, une bonne campagne, mais un stock important.

Du côté des comptes, les voyants sont au vert : le chiffre d’affaires de 4,6 millions d’euros est en hausse de 15% par rapport à la campagne précédente. Mais surtout, il est, comme le précise Jean-Luc Vernet, « le meilleur chiffre d’affaires de ‘La Balméenne’ depuis sa création en 1925 ». Rien que ça ! La commissaire au compte, Isabelle Begouaussel, livre son rapport d’audit : tout est parfaitement aux normes dans la comptabilité de la coopérative.

Enfin, l’AG ordinaire se termine par la réélection, à l’unanimité, de cinq membres du conseil d’administration : Magali Candel, Sabine Sol, Stéphane Meissonnier, Christophe Surle et Michael Vaison. L’ensemble des rapports de l’assemblée générale sont adoptés à l’unanimité.

Vient ensuite le temps de l’AG extraordinaire, ayant pour but un toilettage des statuts, afin de les mettre aux normes actuelles. Une série de modifications, sans impact majeures, sont détaillés par le président Stéphane Meissonnier, parfois expliquées par l’expert-comptable de la coopérative, Grégory Herbet. Là aussi, vote à l’unanimité.

Trois chantiers en cour.

Une fois les volets formels de l’AG bouclés, le directeur et le président de ‘La Balméenne’ font part de leurs analyses de la situation, évoquant les trois grands chantiers en cours, et à venir : la question de la politique commerciale, les projets de déménagements, et enfin le départ du directeur.

« On a produit 58 000 litres, est on en a vendu 27 000 litres, ce qui explique qu’on ait autant de stock en fin de saison », explique Jean-Luc Vernet. « Suite à la campagne 2014-2015, catastrophique à cause de la mouche, nous avions arrêté la commercialisation par le biais des revendeurs. Nos ventes se sont logiquement ralenties : on était à 43 000 litres en 2016, nous sommes à 27 000 litres, fin 2018. Il faut qu’on se pose deux types de questions : l’une sur la nécessité de rebâtir une organisation commerciale, l’autre sur le prix de vente de l’huile. »

Stéphane Meissonnier, lui, évoque les projets de déménagements, à la fois pour améliorer la visibilité de la boutique, mais aussi pour désenclaver la coopérative du centre du village. « Nous sommes sur plusieurs pistes, il y a des solutions qui se dessinent », annonce-t-il.

Enfin, le départ à la retraite de Jean-Luc Vernet fait office de conclusion à cette réunion des coopérateurs oléicoles. « Nous sommes parvenus à trouver un nouveau directeur, mais il ne pourra pas être présent avant le début de l’été. C’est donc un membre de l’équipe comptable qui assurera l’intérim de direction. » La vie continue, à ‘La Balméenne’ comme ailleurs…

Pierre Nicolas, CLP


Autres productionsOléicultureOlive oléiculture balméenne