MIN de chÂteaurenard : Des job dating en juillet

Publié le 22 juin 2021

Le partenariat entre le Grand Marché de Provence et Pôle emploi représentera un projet d’envergure pour l’emploi agricole sur les cinq prochaines années, à Châteaurenard. (© ML)

Le 31 mai se réunissaient les acteurs d’un grand projet de société, prometteur pour l’emploi sur le territoire. Pour faire suite à la signature cadre du partenariat entre Actium Grand Marché de Provence (GMP) et Pôle emploi en août 2020, des rencontres seront organisées, dès juillet 2021, pour découvrir les métiers des trois pôles du Min de Châteaurenard.

Les trois pôles du Min de Châteaurenard – logistique, transport et transformation – s’apprêtent à accueillir des rencontres chaque premier jeudi du mois, à partir du 1er juillet. Fruit de la convergence des volontés, celles-ci permettront de mettre en contact directement les demandeurs d’emploi et les entreprises, dans un processus de recrutement durable, sans mauvaise surprise d’un côté ou de l’autre. "La seule méthode qui sécurise les parcours est celle qui associe les entreprises du début à la fin de la démarche. Plus nous serons au fait de ce que recherchent les employeurs, et parallèlement les demandeurs, plus nous pourrons affiner le dispositif", détaille Laurent Mercier, directeur de l’antenne châteaurenardaise de Pôle emploi. Par le biais de ce partenariat, Actium apparait ainsi comme un catalyseur essentiel permettant aux demandeurs d’accéder à la confiance des entreprises, tout en soutenant les locaux dans leur recherche d’emploi.

"Il faut dynamiser l’économie et l’emploi qui va avec. Aujourd’hui il y a une certaine difficulté à trouver de la main d’œuvre, d’où l’intérêt de ce travail commun entre Actium, Pôle emploi et les centres de formation", insiste Marcel Martel, maire de la commune. "Avec Pôle emploi, nous avons trouvé un partenaire en parfaite adéquation avec notre vision, à savoir, l’anticipation d’un besoin des entreprises qui vont arriver sur le GMP", explique Stéphane Gori, président de l’Actium. L’objectif est de franchir graduellement les étapes pour qu’à leur installation, les entreprises aient toutes les données nécessaires en leur possession afin de mobiliser plus facilement les travailleurs. À chaque rencontre, les demandeurs d’emplois seront amenés à découvrir les différents pôles du Min, préférant une entrée par secteur plutôt que par métiers. Lors de ces parcours ‘découverte’, ils pourront échanger directement avec les chefs d’entreprises, afin de "démystifier la posture de l’employeur", selon le directeur de Pôle emploi, et de mieux comprendre ce qui est attendu pour tous les postes présentés.

Mobiliser autour de 37 métiers

"Si on dit ‘ouvrier agricole’, on n’a pas tout dit", déclare avec conviction Laurent Mercier. Avec ce grand projet, les acteurs partenaires ne souhaitent plus limiter le champ d’action à une seule terminologie. Au Grand Marché de Provence, ce sont bien non 10, ou 20, ni même 30 métiers qui seront à pied d’œuvre, mais bien 37. "C’est une opportunité incroyable, à première vue, on n’imagine pas que la filière fruits et légumes puisse en réunir autant", s’exclame Stéphane Gori.

Pourtant, bien que les demandeurs d’emploi soient de plus en plus à la recherche de formations spécialisées, telles que celle de mûrisseurs, comme l’explique Anne Severac, directrice de formation Delta Sud, il faut encore trouver de nouveaux profils : "À l’heure actuelle, le plus difficile reste de mobiliser les publics. Pour faciliter cela, il est nécessaire de donner une autre image des métiers de la filière, en mettant en place des parcours de formation qui débouchent sur des qualifications pérennes". Une fois l’attention captée, tous les représentants de centres de formation présents d’accordent à dire que l’intérêt croît plus rapidement. Pour eux, tout va se jouer sur la capacité à valoriser les métiers d’avenir, qui pourtant attiraient peu jusqu’ici. "Il faut aussi prendre en compte que de nouvelles techniques apparaitront aussi au fur et à mesure des années. Nous devons absolument avancer sur la formation pour des métiers qui n’existent peut-être pas encore à proprement parler", ajoute la directrice de formation. Il s’agit une fois encore d’anticiper, afin que tous puissent répondre présent le moment venu.

"Ce partenariat s’étalera sur quatre à cinq ans", souligne le maire de Châteaurenard. "Cette opération sur plusieurs années va permettre aux entreprises d’anticiper leurs besoins et de notre côté, avec Pôle emploi et l’Actium GMP, de proposer les formations adéquates aux demandeurs en prévision de l’installation des différentes compagnies au sein du Min", poursuit-il. Des formations attendues par les potentiels futurs travailleurs du GMP et ce, particulièrement pour le pôle transformation : en effet, les compétences requises sont actuellement peu présentes sur le territoire. Du reste, aucun ne se fait de soucis : la roue est lancée pour mettre permettre aux futurs employés de pouvoir concevoir durablement leur avenir dans le milieu agricole.

Les organisateurs des rencontres comptent désormais, en plus de la communication qu’ils développement autour de ces événements, sur le bouche-à-oreille afin d’attirer le plus d’intéressés possible. Le rendez-vous est donné au Min de Châteaurenard, chaque premier jeudi du mois dès le 1er juillet, de 14 h à 16 h.

Manon Lallemand


OPA - Serv. publicsMin châteaurenard fruits légumes apprentissage métier pôle emploi