Maraîchage : Gagner en efficacité pour semer, sarcler et récolter

Publié le 26 janvier 2021

Commencée sous le hangar en raison de la pluie, la démonstration a permis d’expliquer le fonctionnement d’une large gamme d’outils pour semer, sarcler et récolter. (© C. Poulain)

Que choisir au sein une gamme d’outils à manche, entre des houes simples ou doubles ? Avec la diversification des productions en maraîchage, une variété de matériels est proposée par des fabricants comme Terrateck, qui fait des démonstrations sur site, pour encourager à mécaniser les petites et moyennes exploitations. Et gagner en précision, ergonomie et efficacité.

Pour diversifier leurs productions, de plus en plus d’agriculteurs s’intéressent au maraîchage à petite ou moyenne échelle. Ils ont besoin d’une gamme d’outils spécifiques pour semer, désherber mécaniquement, récolter… avec une productivité optimisée et une pénibilité réduite.

Une vingtaine de professionnels a donc répondu présent à l’invitation de la Chambre d’agriculture de Vaucluse, le 17 décembre, chez Jean-Baptiste et Guillaume Pantagène, maraîchers à Pernes-les-Fontaines, autour d’une démonstration de matériel de maraîchage Terrateck. Venus d’exploitations plus ou moins grandes, ou fournisseurs de la filière (vendeur de compost…), ils viennent se renseigner et tester les outils en conditions réelles.

Semer plus vite

L’entreprise Terrateck, créée en 1993 dans Les Hauts-de-France, conçoit, fabrique et distribue des tracteurs porte-outils, une gamme d’outils attelés, de l’outillage et des matériels de culture ainsi que des équipements pour le maraîcher. Parmi la palette d’outils présentés ce jour-là, d’abord, un semoir maraîcher 12 rangs dont le technico-commercial précise les réglages, pour différents types de graines et des densités de plantation variables, en fonction de la vitesse d’avancement et grâce à un jeu de pignons. Ce semoir entraîne la semence vers une plaque percée, permettant de libérer les graines, une à une. Il convient bien à la roquette, le radis, l’épinard et la mâche. Le rouleau cage frontal brise les mottes, tandis que le rouleau plein arrière appuie le semis. Terrateck propose aussi le semoir Ebra, mono-rang : robuste et simple, il est adapté à une large variété de graines, grâce à une série de disques distributeurs.

Ensuite, trois types de plantoirs manuels ont été détaillés. D’abord, la canne à semer, adaptée aux grosses graines. Puis le planteur à mottes, plutôt destiné aux arbustes. Tous deux sont conçus pour ne pas avoir à se baisser ; ils se manient par une poignée et une pédale et transpercent le paillage plastique. Enfin, « le système de planteuse mini-motte Paperpot permet de semer 264 plants en 140 secondes », annonce Alban Grosjean, de Terrateck. Le semis est préparé dans une plaque Paperpot spécifique, dont les alvéoles en papier sont reliées les unes aux autres. La plaque est posée sur le transplanteur que l’on pousse. Les alvéoles de la plaque se découpent comme une guirlande, glissent le long d’un guide, et sont déposées dans le sol. Un perforateur de paillage plastique, tissé ou non, est également montré.

Différentes façons de sarcler

Une roue sarcleuse simple ou double, munie d’une lame découpant une bande de terre, permet de désherber l’inter-rang. Un outil simple, qui fonctionne par poussée, mais est toutefois déconseillé en zone caillouteuse.

Autre solution exposée ce jour-là : une gamme de sarcloirs oscillants, delta ou omega selon la forme de la lame, étudiée pour s’approcher de la culture en place, tout en limitant les dégâts. « La limite, ce sont les feuilles retombantes » précise le commercial. Le sarcloir à torsion s’emploie sur une motte enracinée. Il peut passer sous les feuilles, en réglant la profondeur d’action.

Chaque outil doit être bien pensé selon les besoins de la culture, le stade d’intervention, le type de sol… La herse étrille à manche est très utilisée pour les faux semis ou en prélevée. Son ergonomie est pensée avec un long bras et un manche déportable.

La houe est un produit phare de Terrateck, pour mécaniser les travaux de semis, binage, sarclage et buttage. Muni d’une seule roue, l’outil est destiné aux inter-rangs larges. Il peut être doté de la nouvelle lame Planet, par exemple, cette dernière étant conçue pour éviter les projections de terre qui abîment la culture ; elle peut également être équipée de sarcloirs, de buttoirs ou encore de griffes, rouleau de semis et autre rouleau écrouteur… La houe double roues permet de passer sur le rang, pour plus de précision. Mieux, elle est équipée d’accessoires multiples : des dents Lelièvres, ou une paire de doigts Kress, « très efficaces pour déchausser les adventices », estime Alban Grosjean. Divers petits outils peuvent aussi être joints : des disques pour décompacter, butter, ou pour débutter, qui peuvent également être utilisés en alternance, pour désherber par recouvrement, même si c’est moins précis qu’une bineuse.

Par ailleurs, une présentation du désherbeur thermique ‘Farmers friend’, a permis de constater la diversité des matériels proposés en alternative au désherbage chimique. Cet outil à manche réglable et déporté, est muni de cinq à huit brûleurs à gaz, et désherbe par choc thermique en post-semis ou prélevée sur planches maraîchères.

Enfin, la démonstration s’est finie avec différentes récolteuses, dont une nouveauté 2021 : une pince à lier manuelle pour mécaniser la mise en bottes au champ des légumes ou des herbes aromatiques.

Commencée sous le hangar en raison de la pluie, l’après-midi s’est poursuivie sous la serre, pour tester en grandeur nature les houes maraîchères, sarcloirs à manche, et autres matériels de désherbage. Un moment apprécié par les participants et les organisateurs, car « l’objectif est aussi de se rencontrer » soulignait Sylvia Gasq. Avec son équipe de conseil en maraîchage de la Chambre, elle veut ainsi créer des occasions de faire connaissance entre professionnels, et d’échanger sur les pratiques des uns et des autres.

Cécile Poulain


Fruits & légumesMaraîchage binage sarcler matériel terrateck