Le petit baroudeur : ils inventent la bouteille de vin en "vert"

Publié le 22 novembre 2021

Le concept développé par Victor Roux et Marin Belorgey cible les 'Millénials' et s’inscrit dans les préoccupations écologiques actuelles.

Deux jeunes Marseillais ont mis au point une bouteille de vin conçue en matériaux recyclables. Avec ce produit innovant, ils ciblent la génération des 20-35 ans soucieuse de l’environnement, en quête de vins bio et légers à boire à l’extérieur, entre amis.

Innover "et se faire une place" sur un marché du vin réputé ultra-concurrentiel, "où des tonnes d’acteurs étaient déjà bien en place" : c’est le pari que se sont lancé Marin Belorgey et Victor Roux, les deux fondateurs du 'Petit baroudeur'. Un challenge qu’ils sont en passe de concrétiser, après deux ans de tâtonnements, de recherche de financements et de sourcing, pour proposer une bouteille de vin à la fois écolo et adaptée à la cible des 'Millénials', la génération des 20-35 ans. Autrement dit, une génération qu’on dit sensible aux notions de bilan carbone et d’empreinte écologique, friande de produits bio, mais singulièrement désorientée au moment de faire son choix dans le rayon vin d’un caviste ou d’une grande surface.

Autant d’attentes que les deux associés, âgés de 27 et 28 ans, connaissent parfaitement. Tout comme ils maîtrisent à merveille les codes du marketing : c’est au sein de l’école de commerce marseillaise Kedge Business School que ces deux Néo-Marseillais se sont rencontrés, pour ne plus se quitter et finir par s’associer. À l’image de beaucoup d’inventions révolutionnaires, c’est en partant d’un constat simple que leur est venue l’idée de cette "bio’teille", à la fois légère, incassable et capable de conserver le vin au frais "30 % plus longtemps" qu’une bouteille en verre. En l’occurrence, c’est en Australie que tout démarre, comme le raconte Victor Roux. "J’avais passé 15 mois dans un domaine viticole varois, comme assistant export et je m’apprêtais à m’envoler vers les USA pour y poursuivre mon stage. Pour diverses raisons, cette expatriation est tombée à l’eau et j’ai décidé de voyager en Australie avec mon amie, pour y visiter des domaines viticoles, tout en randonnant. Nous rangions les bouteilles de vin achetées sur place dans nos sacs à dos : non seulement c’était rapidement très lourd, mais il fallait en plus les caler soigneusement avec des habits pour éviter les chocs... Une fois revenu en France, l’idée de mettre au point un contenant à la fois plus léger et moins fragile que le verre a commencé à germer. Nous en avons discuté avec Marin et décidé de creuser l’idée..."

Des matériaux 100 % recyclables

Mais de la coupe aux lèvres, le chemin était encore long : "Entre l’étude de marché à réaliser et les matériaux adéquats à trouver, c’était le saut dans l’inconnu" résument Marin Belorgey et Victor Roux. Si leur bouteille recyclable reprend pour partie le concept du bag-in-box, elle en diffère par bien des aspects : "La poche plastique insérée dans la coque est constituée d’une structure mono couche recyclage, contrairement à celle des BIB, en plastique triple couche". La coque entourant la poche plastique est, pour sa part, en fibre moulée, "un matériau recyclable, compostable et biodégradable issu de ressources renouvelables (journaux et cartons), qui combine naturalité et innovation" souligne Marin Belorgey. Si leur contenant coche toutes les cases, du point de vue environnemental, il permet aussi des gains financiers non négligeables pour le transport et l’acheminement, en raison de son poids – une bio’teille est huit fois plus légère qu’une bouteille verre –, de son gain de place dans un camion... tout en évitant le suremballage. Côté contenu, les créateurs du 'Petit baroudeur' ont opté pour la simplicité. Une seule référence est pour l’heure disponible (IGP Pays des Bouches-du-Rhône – Terre de Camargue). Une seconde en AOP Bandol, prévu à l’origine, ne verra finalement pas le jour. "L’idée d’étoffer la gamme n’est pas abandonnée. L’objectif est de rester sur le vignoble provençal : nous avons plusieurs rendez-vous prévus avec des viticulteurs dans les Bouches-du-Rhône et le Var dans les semaines à venir", expliquent les deux associés, dont le cahier des charges est relativement simple. "Nous privilégions des vins peu tanniques, légers, fruités, issus de la bio." Un dernier critère en cohérence avec leur démarche écolo, et en phase avec les attentes de leur cible commerciale.

Une distribution ciblée

L’objectif de s’orienter vers des monocépages – plus facilement identifiables que des appellations pour des consommateurs néophytes, envisagée au départ – a, en revanche, été abandonné : le duo s’est du coup tourné vers des assemblages, "pour s’adapter à l’offre des viticulteurs". Concernant leur activité de négoce, Marin Belorgey et Victor Roux ont là aussi décidé d’innover. Le vrac acheté chez les viticulteurs n’est pas stocké dans des entrepôts mais directement embouteillé, via une remplisseuse mobile. À l’image des coques et des poches plastiques – pour lesquels plusieurs mois ont été nécessaires afin d’identifier des prestataires en mesure de les concevoir et de les réaliser –, ils ont déniché un industriel belge pour leur remplisseuse mobile. Transportable dans un fourgon, elle permet l’embouteillage de 360 cols par heure, via un simple branchement depuis les cuves du viticulteur.

Le début de la commercialisation, prévue l’été dernier, a été finalement décalé (en raison du Covid) au printemps 2022. Les associés prévoient de mettre sur le marché 9 000 bouteilles pour la première année, avec un prix de vente public qui devrait avoisiner les 10 €. La vente directe est privilégiée, via leur site internet (https://le-petit-baroudeur.com), sous forme de coffrets avec "Trois couleurs". L’objectif est de compléter ce dispositif par les grandes surfaces spécialisées du type Naturalia, Biocoop ou la Vie Claire, et des enseignes de la grande distribution. Le concept a pour l’heure séduit l’une d’entre elles, le Groupement Les Mousquetaires, via sa fondation (Le Roch-Les Mousquetaires) qui soutient des projets entrepreneuriaux. Si les acheteurs de la grande distribution rencontrés sont séduits par le concept innovant, assurent Marin Belorgey et Victor Roux, la prochaine étape décisive se jouera en février 2022 : "Plusieurs rendez-vous sont déjà programmés avec eux, pour une dégustation de nos vins"... avec l’ambition de les retrouver dans les linéaires des magasins.

Julien Dukmedjian


ViticultureBaroudeur vin bouteille recyclable vert marseille belorgey roux marketing