Irrigation : Projet de fusion entre Carpentras et Grange-Neuve

Publié le 06 juin 2022

S’il n’y a pas d’opposition suite à la consultation publique, la fusion entre Grange-Neuve et Carpentras devrait être effective au 1er janvier 2023. (Canal de Carpentras)

Depuis plusieurs mois, les canaux de Grange-Neuve et Carpentras travaillent sur un projet de fusion. Pour l’un, le souhait d’améliorer l’entretien et l’efficience du réseau. Pour l’autre, celui d’améliorer sa représentativité et faire des économies d’échelle.  

L’Asa – association syndicale autorisée - de Carpentras et celle de Grange-Neuve ont lancé une procédure de fusion entre leurs deux structures. À l’origine, une demande de l’Asa de Grange-Neuve : “Nous avons eu une assemblée générale mouvementée, où mon prédécesseur, Jean-Marie Richard, n’a pas été réélu. Nous sommes passés très près de l’arrêt de l’Asa. J’ai pris la suite, même si aujourd’hui je n’irrigue même pas mes vignes”, explique le nouveau président, Frédéric Maillet, viticulteur à Châteauneuf-du-Pape.

Pourtant, il serait intéressé pour mettre en place l’irrigation, mais pas en gravitaire, avec un réseau sous pression. “Nous avons commencé à travailler sur ce dossier de modernisation, mais c’est très lourd à gérer pour notre petite structure.” Jusqu’à présent, “nous n’avions qu’un salarié pour l’entretien du réseau. Désormais, nous en avons, deux, c’est déjà beaucoup mieux.” Une grande partie du périmètre de l’Asa est urbain, ce qui complique l’entretien. Là où il était naturel pour des agriculteurs d’entretenir la filiole bordant le champ, ne pas la salir, pour un riverain, c’est déjà bien. Toute la gestion administrative repose sur le président, et sa vice-présidente.
Là aussi la charge est lourde, ne serait-ce que pour tenir à jour le fichier des adhérents. 

Plombées par le coût de l’électricité

“Le réseau a bien été remis en eau depuis avril, ce qui n’est pas le cas de toutes les Asa, avec le coût de l’électricité”, explique Frédéric Maillet. “J’ai eu la chance de devoir renégocier les tarifs en novembre dernier : nous n’avons eu que 5 % d’augmentation, c’est un miracle ! Certains doivent faire face à 400 % d’augmentation. Ils n’ont pas pu relancer les pompes en avril. Et pourtant, il y a de la demande très forte cette année.” L’Asa de Grange-Neuve bénéfice d’une prise sur le Rhône, qui alimente un bassin, d’où l’eau part en gravitaire. “Pour le canal de Carpentras, c’est l’un des atouts de cette fusion. Nous avons aujourd’hui deux prises : une sur la Durance et une sur le Rhône. À termes, si nous maillons les réseaux, nous pourrions bénéficier d’une deuxième prise sur le Rhône, pour sécuriser l’approvisionnement”, explique la directrice, Sandrine Pignard. Ancien pépiniériste viticole, Allain Guillaume préside l’Asa du Canal de Carpentras, plus grande Asa de France, ainsi que la Fédération des Asa de Vaucluse : “La pépinière fait partie des activités très dépendantes de l’irrigation. C’est un sujet sur lequel j’ai toujours porté beaucoup d’intérêt. Avec l’arrivée de Grange-Neuve, nous avons également vu l’intérêt de faire des économies d’échelle, et d’avoir également plus de poids auprès des instances officielles. C’est important en termes de représentativité.”

L’Asa de Carpentras s’est également portée candidate pour la maîtrise d’ouvrage de la branche sud du projet HPR, Hauts de Provence Rhodanienne. L’association avec Grange-Neuve renforcerait ainsi la position de l’Asa pour ce dossier. En effet, la prise d’eau identifiée pour cette branche Sud se situe sur le secteur de l’Asa de Grange-Neuve. Sur la soixantaine d’Asa que compte le Vaucluse, il réside une grande diversité en termes de nombre d’adhérents et de superficie couverte. “Mais ne serait-ce que pour se positionner sur des aides européennes ou pour faire des travaux d’extension, il faut avoir les reins solides, car il faut compter 18 mois entre la fin des travaux et l’arrivée des fonds. À Carpentras, nous avons une avance d’un million d’euros en attente de règlement”, précise Sandrine Pignard.

Une professionnalisation du service

En cas d’accord, cette fusion apportera peu de changements pour Carpentras, Grange-Neuve devenant alors une section. Les adhérents de Grange-Neuve auront quant à eux accès au service réparation, facturation et secrétariat. Du côté de la procédure, les deux structures devront être dissoutes et une nouvelle Asa, qui gardera le nom de Canal de Carpentras, sera créée. La dernière fusion de l’Asa de Carpentras avait eu lieu en 2011. “Ce n’est pas une opération que nous menons souvent, car assez lourde administrativement, puisque nous sommes des établissements publics”, indique Sandrine Pignard. Les statuts de la nouvelle Asa ont été réécrits et approuvés par les conseils syndicaux en avril 2022. “Nous avions beaucoup de similitude entre les deux.” 17 000 courriers d’information avec accusé de réception vont partir entre juin et juillet, la non-réponse valant acception. Deux réunions d’information sont organisées : le 6 juin à Aubignan et le 17 juin à Sorgues. La réponse à la consultation publique est attendue au plus tard le 5 septembre.
Principal changement pour la nouvelle structure sur la consultation des membres : inviter plus de 15 000 membres, tous les deux ans comme c’était le cas pour Carpentras relève du défi logistique. Du côté de Grange-Neuve, seuls les propriétaires des plus grandes surfaces étaient convoqués. “Tous les six ans, l’ensemble des adhérents éliront un groupe de 100 représentants, avec des collèges par superficie et par zone géographique.” Petits et grands seront représentés, avec une consultation annuelle. “Nous espérons ainsi apporter même un supplément de démocratie et faciliter la tenue de ces réunions”, indique Alain Guillaume.

Côté cotisation, “nous sommes relativement proches. Elles sont dépendantes de la surface. S’il y a des augmentations, cela sera dû à la révision de la valeur du point pour les salariés, à la hausse des matières premières et de l’énergie, mais pas à la fusion”, clarifie Frédéric Maillet.  


OPA - Serv. publicsGrange-neuve carpentras asa irrigation extension réseaux hydriques fusion