Institut rhodanien : le nouveau pôle de compétences et d’expertise

Publié le 06 avril 2021

Denis Guthmuller, président du Syndicat général des producteurs des Côtes du Rhône et vice-président d’Inter Rhône, Philippe Pellaton, président d’Inter Rhône, Bernard Angelras, président de l’IFV, et Samuel Montgermont, président de l’UMVR et vice-p

Le 5 mars dernier, Inter Rhône, le Syndicat général des producteurs des Côtes du Rhône et l’Institut français de la vigne et du vin ont signé la création de la Société par actions simplifiée (SAS) Institut Rhodanien.

L'Institut Rhodanien fait sa mue ! Annoncée par le nouveau président du Syndicat général des producteurs des Côtes du Rhône, Denis Guthmuller(1), la transformation de l'association en SAS, "pour plus d'efficacité" a donc été officialisée le 5 mars dernier par les partenaires : Inter Rhône, l'Institut français de la vigne et du vin (IFV), le Syndicat général des producteurs des Côtes du Rhône et l'Union des maisons de vin du Rhône (UMVR). Ainsi, avec la SAS Institut Rhodanien, les associés fondateurs entendent "mettre en commun des moyens humains, techniques et financiers" et bâtir ensemble un pôle de compétence technique "reconnu et légitime, doté d’un rayonnement qui s’étend au-delà de la région, grâce au déploiement de projets à vocation nationale sur des thématiques particulières". Plus concrètement, cette structure unique se fixe pour objectifs :

  • d'être une structure leader technique en Vallée du Rhône ;
  • d'apporter une réponse concrète aux enjeux majeurs de la vigne et du vin ;
  • de construire un pôle de compétence et d’expertise technique au bénéfice des opérateurs et des AOC de la Vallée du Rhône ;
  • d'élaborer et piloter le programme de recherche et de développement (R&D) de la filière AOC régionale et de l’interprofession ;
  • de fédérer les acteurs de la Vallée du Rhône (techniques et R&D) autour des projets de filière ;
  • de développer des partenariats scientifiques et techniques ;
  • et d’assurer la communication et le transfert de connaissance pour accompagner la transition des pratiques dans les territoires.

La création de la SAS Institut Rhodanien marque de nouvelles ambitions pour les vins et vignobles des AOC de la Vallée du Rhône.

Bâtir l'avenir des AOC de la Vallée du Rhône

Ainsi, cette organisation permettra notamment la réalisation de prestations de service pour des tiers, et développera "sa capacité à devenir une structure d’accueil, à la manière d’un incubateur d’entreprises" détaillent les partenaires dans leur communiqué. De fait, ce changement de statut apporte de nouvelles dimensions à la structure, qui veut ainsi devenir "un véritable pôle de recherche appliquée". Elle participera aussi à la mise en œuvre de projets "d’envergure plurirégionale voire nationale", grâce à l'appui nécessaire des partenaires historiques tels que les Chambres d'agriculture, les laboratoires d'œnologie, l'Université du vin de Suze-la-Rousse ou le lycée viticole d'Orange.

Pour Philippe Pellaton, président de la SAS Institut Rhodanien et président d’Inter Rhône, "il nous faut bâtir l'avenir des AOC de la Vallée du Rhône sur des fondamentaux techniques". Pour le vigneron gardois, "les attentes sociétales sur les enjeux environnementaux au vignoble, la nécessaire orientation sur les vins à faibles résidus, le travail sur la permanente adaptation de nos vins rouges au marché, et la définition précise des profils des vins blancs et rosés seront autant de thèmes à porter urgemment et sur lesquels il nous faut accompagner les opérateurs. Il devient primordial que la technique constitue le socle de la stratégie interprofessionnelle afin d’établir nos orientations économiques et de communication pour les AOC de la Vallée du Rhône", a-t-il conclu.

Source : Inter Rhône

(1) Lire notre édition du 15 janvier 2021, page 20


ViticultureInstitut rhodanien inter rhône vin viticulture oenologie orange vallée rhône