Groupement des oléiculteurs de Vaucluse : Les oléiculteurs sont prêts à attaquer !

Publié le 21 octobre 2019

La 24e assemblée générale du Groupement des oléiculteurs de Vaucluse s’est déroulée samedi dernier, à Cucuron, en présence d’Éric Mathieu, son président, d’Isabelle Casamayou, sa coordinatrice, et d’Olivier Nasles, président du Comité national de l'a

Samedi dernier s’est déroulée, à Cucuron, la 24e assemblée générale du Groupement des oléiculteurs de Vaucluse, sous la présidence d’Éric Mathieu, et en présence d’Olivier Nasles, président de l’AOC Huile d’olive de Provence, venu annoncer l'aboutissement du dossier AOC en AOP.

Alors que la récolte se rapproche à grandes enjambées et que débutera sous peu la prochaine campagne, le Groupement des oléiculteurs de Vaucluse a lancé sa nouvelle saison en rassemblant ses adhérents samedi dernier, à Cucuron, à l’occasion de sa 24e assemblée générale. C’est tout sourire que son président, Éric Mathieu, a lancé les travaux en revenant sur la récolte 2018 et en donnant quelques indications qualitatives sur celle à venir.

« L’année 2018 a été pluvieuse et l’automne tout autant offrant des conditions de récolte humides. Dès le début des extractions le constat de faible rendement en huile était émis. De mémoire de mouliniers avec expérience, cette particularité n’avait jamais était constatée. Ces régulières pluies ont apporté de beaux allongements de rameaux, mais ils ont dû supporter les contaminations automnales de l’œil de paon. Toujours est-il qu’en Vaucluse les volumes d’huile 2018 s’inscrivent parmi les plus importants avec 612 tonnes », résumait le président, se transférant déjà sur la nouvelle récolte à venir : « Dès le printemps, l’œil de paon s’est exprimé et, dans de nombreux vergers, constat est fait d’une importante chute de feuilles. Heureusement, la floraison reste globalement satisfaisante sur les beaux allongements de 2018 ». Cependant, à la fin du mois de juin, l’épisode de canicule et la sécheresse impactent les oliveraies : « La pousse de printanière, tout autant que celle de septembre, sont insignifiantes en verger non irrigué ». Et malgré cette sécheresse, la mouche ne manque pas une occasion de s’activer : « Septembre enregistre un vol important », rappelle d’ailleurs le président. De même, la dalmaticose motive de nombreuses interrogations, mais Éric Mathieu alerte déjà : « Les vergers protégés avec soin seront de nouveau porteurs en 2019 ».

Déjà tourné vers la récolte 2019.

Sauf incident majeur, la production 2019 devrait donc se situer à un niveau de récolte satisfaisant, « avec une qualité parfois difficile à atteindre si les soins nécessaires à la culture n'ont pas été apportés », note néanmoins Isabelle Casamayou, coordonnatrice du groupement.

Puis, dans son rapport moral, le président est revenu sur les nombreuses actions techniques proposées tout au long de l’année pour former les adhérents et « encourager la production ». Ces actions seront d’ailleurs reconduites lors de la prochaine campagne, mais la réunion a permis de s’attarder plus spécifiquement sur la maturité observée cette année. « Les premiers résultats sont là : les huiles sont très structurées avec des intensités d'amertume et de piquant très élevées, synonymes d’huiles de bonne garde », résumait Isabelle Casamayou.

De quoi satisfaire les moulins, d’autant que leur nombre continue à progresser en Vaucluse. Ateliers particuliers à usage individuel ou à vocation de prestations de service, certains détiennent un agrément donné par les services du Ministère de l’agriculture, d’autres n’en font pas la demande pour leur propre production. Ces derniers sont d’ailleurs les principales cibles de la communication portée par le Groupement des oléiculteurs de Vaucluse. « Toutes les actions sur le thème de la communication ont pour objectif de faire connaître, expliquer, rassurer les consommateurs et ainsi renforcer l’image et la notoriété des huiles d’olives », rappelait Isabelle Casamayou, qui a remercié les moulins partenaires, neuf en Vaucluse et un dans le Gard.

Une valise et une carte comme fer de lance

Côté communication justement, le groupement a pu s’appuyer sur la valise aux dix échantillons (un échantillon par moulin) et la carte des moulins. « La valise est utilisée sur l’ensemble des actions d’animations dégustations : Salon de l’agriculture, foire d’Avignon, Terroirs en fête. L’approche gustative de l’huile s’accompagne, depuis plusieurs années, d’une découverte olfactive, ce qui permet de former les consommateurs à nos produits, soutenue par la carte des moulins, support utilisé au cours de la plupart des actions de communication », et notamment le temps fort de l’été, la Fête de l’olivier et des moulins à huile, qui s’est déroulée cette année le 11 août, à Gordes. Une 4e édition pour 2020 est d’ailleurs en cours, et sa confirmation ne saurait tarder.

En clôture des travaux, la parole a été donnée à Olivier Nasles – président du Comité national de l’agriculture biologique de l’INAO et président de l’AOC Huile d’olive de Provence –, venu annoncer « la reconnaissance de l’Huile d’olive de Provence en AOP, par l’Union européenne » et saluer « des années de constructions et de débats pour enfin atteindre ce niveau de reconnaissance à l'échelon européen ». L’annonce a été saluée par Dominique Conca, sous-préfète d'Apt, Christian Mounier, conseiller départemental, et Bénédicte Martin, conseillère régionale, qui a également annoncé que « le plan de filière oléicole sera soumis au vote de l’assemblée régionale, le 13 décembre prochain ».

L’assemblée générale s’est ensuite poursuivie autour d’un aïoli proposé par le moulin Oliversion, qui accueillait cette année l’assemblée générale.


Autres productionsOléicultureOlive groumement INAO AOC Provence