GDA Ventoux : Brainstorming sur le changement climatique

Publié le 08 avril 2019

"Nous devons être ambitieux pour notre territoire!", assurait Georgia Lambertin, présidente du GDA Ventoux et vice-présidente de la CA 84.

À Mazan, le 26 mars, agriculteurs, techniciens et chercheurs ont confronté leurs idées pour imaginer un Ventoux plus vert. 31 débats autour du thème ‘Bâtissons ensemble une agriculture d’avenir pour le Ventoux’ ont débouché sur des groupes pilotes.

En raison de la forte mobilisation suscitée par la conférence-débat ‘Changement climatique et viticulture’ organisée par le syndicat mixte d’aménagement et d’équipement du Mont Ventoux (SMAEMV) fin 2017, le GDA du Ventoux, le GDA Viticulture, la Chambre d’agriculture Vaucluse, le SMAEMV-Projet de Parc naturel régional du Mont-Ventoux, l’appellation AOC Ventoux et l’Inra ont organisé conjointement un second rendez-vous sous la forme d’un forum professionnel, le mardi 26 mars, à la Boiserie à Mazan, avec la participation des BTS du lycée Louis Giraud.

En effet, le changement climatique est un phénomène avéré, impactant chaque partie du globe. Le Sud de la France n’est pas épargné : le climat méditerranéen est plus agressif, les étés caniculaires, les épisodes de grêle et les retours de froid, plus fréquents. Conséquence : l’agriculture régionale souffre de ces changements, vignes et arbres fruitiers étant en première ligne. « Il était donc essentiel de réunir à nouveau l’ensemble des acteurs de ce territoire, producteurs, élus, techniciens, chercheurs, et de proposer un temps de rencontre et de réflexion autour de la problématique du changement climatique, qui touche de plein fouet le monde agricole méditerranéen », estime Georgia Lambertin, présidente du Groupement de développement agricole Ventoux et vice-présidente de la Chambre d’agriculture de Vaucluse, en ouvrant les travaux suivis par plus de 180 personnes, en présence d’André Bernard, pour la Chambre régionale d’agriculture, du sous-préfet du Vaucluse, de la directrice de la DDTE, de Bénédicte Martin, pour le Conseil régional, et de Christian Mounier, pour le Département.

Le territoire Ventoux retenu dans Laccave II.

« Le climat, nous, agriculteurs, nous le vivons : il fait partie de notre ADN. Nous avions intégré tout cela, mais aujourd’hui nos plantes manquent d’eau. Nous avons besoin d’experts et de travail collaboratif avec les agriculteurs, qui doivent être au cœur de la réflexion et des décisions, et acteurs de leur avenir » a déclaré Georgia Lambertin. La présidente du GDA Ventoux a par ailleurs annoncé une grande nouvelle : « Le territoire Ventoux et ses partenaires sont retenus pour être projet pilote dans le programme Laccave II, qui étudie l’adaptation à long terme au changement climatique pour la viticulture et l’œnologie. Dans ce cadre nous aurons à étudier de multiples solutions. »

Quatre intervenants ont donc ouvert le forum afin de nourrir les échanges de la journée. Jean Jouzel, climatologue et membre du GIEC, est intervenu sous forme d’un message vidéo, rappelant le risque très clair d’assèchement des sols, de feux de forêts, l’intérêt du programme Laccave. « Votre région est bénie des Dieux avec les énergies solaire et éolienne. Ce sont des opportunités pour s’adapter au changement climatique ! »

« C’est formidable de réunir ainsi agriculteurs et chercheurs, pour réfléchir ensemble aux problématiques et solutions d’avenir sur ce thème ! », témoigne pour sa part Guillaume Benoît, ingénieur général au ministère de l’Agriculture. « Aujourd’hui, la France est dans la méfiance. Or il faut s’écouter les uns les autres et surtout, ne pas opposer agriculteurs et consommateurs. Car le plus grand risque à venir, pour les ruraux comme les urbains, ce sont les ruptures alimentaires, entraînées par des pertes de résultat et/ou des exploitations qui disparaissent suite à des pertes de productivité ou d’insuffisance d’irrigation. »

Enfin, Iñaki Garcia De Cortazar Atauri, ingénieur de recherche à l’Inra Agroclim, est également intervenu aux côtés d’Olivier Jacquet, chef du pôle ‘vigne et vin’ à la Chambre d’agriculture de Vaucluse.

Un format stimulant échanges et prises de position.

L’animation du forum s’est faite sous la forme d’une formule originale laissant une grande liberté aux participants dans le choix des sujets à aborder. L’assemblée d’abord réunie en cercle, a été invitée à participer sur un pied d’égalité. Cela a permis 31 débats dans la journée, une restitution immédiate puis d’identifier des pistes de travail et de les prioriser tous ensemble, avec en tête les thèmes de la gestion de l’eau, du partage des connaissances et de l’atténuation des gaz à effet de serre.

Afin de se donner les moyens de mettre en œuvre les solutions priorisées, certains se sont portés volontaires pour piloter un groupe. Une réunion, prévue le 18 juillet prochain, devra enclencher les premières actions à mettre en œuvre sur le territoire du projet de Parc naturel régional du Mont-Ventoux et celui de l’ODG AOC Ventoux.

Cécile Poulain


ViticultureVentouxGda ventoux mazan climat sécheresse inondation agriculture