Gautier Semences : continuer à produire de bonnes graines

Publié le 17 octobre 2022

Jacques Gautier a exprimé toute la fierté ressentie à exercer le noble métier de semencier et l’honneur de diriger l’entreprise avec conviction et passion.(ED)

Spécialisée dans la création et la production de graines potagères, l’entreprise familiale Gautier Semences – basée à Eyragues – célèbre 70 ans d’innovation et de réussites. Elle figure aujourd’hui parmi les acteurs reconnus de la semence mondiale.

Spécialisée dans la sélection d’espèces légumières, l’entreprise Gautier Semences soufflait ses 70 ans cette année. Un évènement que la famille Gautier tenait à célébrer dignement. Et c’est sur la commune où tout a démarré que ce dernier était organisé, il y a quelques jours. Élus du Pays d’Arles, collaborateurs, partenaires venus de France ou de l’étranger ou encore amis de la famille, ils étaient nombreux, vendredi 23 septembre, à s’être déplacés jusqu’à Eyragues. Parmi les personnalités présentes, Corinne Chabaud, présidente de l’intercommunalité ‘Terres de Provence’, Solange Ponchon, conseillère régionale, Marcel Martel, maire de Châteaurenard, Patrick Lévêque, président de la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, Stéphane Paglia, président de la CCI du Pays d’Arles, François Desprez, président de Semae – l’interprofession nationale de la filière semencière –,
ou encore Catherine Dogimond, directrice de l’unité de recherche de génétique et d’amélioration des plantes de l’Inrae d’Avignon.

Autour de Jacques Gautier et de Michel Gavanon, le maire d’Eyragues – qui ont eu une pensée émue pour Max Gilles, ancien maire de la commune, récemment décédé –, ils sont tous venus saluer la sucess-story familiale et l’état d’esprit que l’entreprise locale a su conserver, tout en développant une dimension internationale.

Ce soir-là, pour Jacques Gautier – entouré des siens, de sa maman notamment –, l’émotion était au rendez-vous. Mais il a pris le temps de revenir sur l’histoire de l’entreprise, son avenir qui se prépare et son ambition.

C’est que la petite maison grainière a bien grandi depuis 1952, date à laquelle Henri, le père de Jacques Gautier, et son grand-père, Jacques-Paul, ont fondé l’entreprise. Aujourd’hui, 165 personnes y travaillent à créer, produire et mettre à disposition des semences performantes et qui répondent aux critères qualitatifs les plus exigeants.
Le vrai tournant qui lui a permis de figurer aujourd’hui parmi les acteurs reconnus de la semence mondiale, l’entreprise l’a pris dans les
années 70, avec le lancement des premiers programmes de recherche en création variétale

Vision, croissance et innovation

Mais, pour Jacques Gautier, l’aventure a commencé en 1984, quand il intègre la structure familiale pour développer l’activité de recherche et de sélection variétale. Rapidement, dans les années 90, de beaux succès sur les collections sont enregistrés et, à l’international, les marchés se développent. C’est en 1995 que Gautier crée sa première filiale en Espagne. Les variétés imaginées, sélectionnées et produites par les équipes sont maintenant présentes et cultivées dans plus de 50 pays. D’ailleurs, les deux tiers des ventes se font aujourd’hui à l’international.

Des étapes importantes ont été franchies entre-temps, comme l’expliquait Jacques Gautier. D’abord en 1998, avec l’obtention de la première certification bio qui témoignait déjà pour l’entreprise d’un engagement vers une agriculture plus diversifiée et plus écologique. En 2006 ensuite, d’importants travaux de modernisation et d’agrandissement du site d’Eyragues se terminent pour soutenir sa croissance.

Avec l’importance des enjeux sanitaires, 2010 marque l’engagement dans la certification sanitaire GSPP, qui posera les jalons du futur plan de gestion des risques phytosanitaires.

En 2016, Gautier Semences inaugure sa serre de l’innovation, qui accueille – sous un même toit – les équipes d’agronomes, qui assurent le travail de sélection dans les champs, et les équipes scientifiques, qui mènent les travaux de laboratoire. Ce nouveau centre de recherche était aussi important pour rester performant.

Intégrer les nouvelles technologies

L’univers de recherche très concurrentiel dans lequel évolue l’entreprise provençale lui impose en effet d’intégrer de nouvelles technologies incontournables. Et, au cours de l’après-midi, les invités en ont découvert un échantillon, tout en échangeant avec les spécialistes des différents ateliers.

En 2018, tout un réseau d’expérimentations multi-local s’est d’ailleurs structuré à travers le monde. Il permet la collecte de données solides dans de nombreuses régions de production. Et puis, tout récemment, le semencier a créé plusieurs marques consommateurs, pour soutenir la promotion de ses variétés, les plus innovantes et les plus distinctives. Cette année au Concours de l’innovation du Sival, la gamme ‘Red crush’ – une laitue rouge intense jusqu’au cœur – a été mise à l’honneur. Une première dans le monde de la laitue.

Juste une étape

En 70 ans, que de chemins parcourus ! Nous avons construit une usine, des laboratoires, des serres, des bureaux, recruté et formé de nouvelles personnes. Nos graines voyagent à travers le monde et font connaître notre entreprise et notre village d’Eyragues”, résumait avec fierté le chef d’entreprise.

Riche de son histoire familiale, l’entreprise n’en prépare pas moins son avenir. “Si Gautier Semences a su perdurer, c’est parce que mon père a su préparer l’entreprise sur le long terme”, insistait Jacques Gautier. En rendant hommage “au réel pionnier de l’entreprise”, Jacques suit aussi sa voie en préparant la transmission de son entreprise. Une nouvelle gouvernance a d’ailleurs été mise en place.

La structure entend bien conserver son organisation et son image familiale. Et, depuis trois ans, les enfants de la famille – Ana, Jeanne, Mathilde et Maxime – contribuent, à leur manière, à la construction de l’avenir de celle-ci, en accompagnant le nouveau comité de direction.

Évoquant ses métiers, Jacques Gautier retient que “celui de créateur et de producteur de graines potagères sont complémentaires et répondent à des savoir-faire bien spécifiques”. La création variétale s’appuie, elle, sur une bonne connaissance du marché, des filières et des consommateurs, pour imaginer les attentes de demain.

À cette démarche, l’entreprise s’est toujours efforcée d’y associer les outils d’analyse génétique des végétaux les plus récents, pour gagner en temps, en précision et en compétitivité. Demain, “ils continueront d’évoluer au sein de l’entreprise, pour répondre aux défis climatiques et de réduction des ressources. Mais nous sommes farouchement opposés au brevet sur le vivant. En revanche, nous soutenons la réglementation européenne qui est ouverte et constructive, à l’opposé du système de brevet”, précisait Jaques Gautier.

Réussir ces métiers traditionnels de producteur de graines et technologique de la recherche est peut-être l’un des secrets de notre entreprise”, ajoutait-il.

Finalement, 70 ans, c’est juste une étape. Gautier Semences va continuer de se projeter dans des techniques d’avant-garde, tout en conservant ses savoir-faire historiques, pour travailler un produit vivant, point de départ de la chaîne alimentaire en légumes.

Emmanuel Delarue


Fruits & légumesGautier semence graine maraîchage potagère anniversaire eyrague