Foncier : L’activité de la Safer Paca continue de monter en puissance

Publié le 20 mai 2019

Ce comité technique a été l'occasion, pour de nombreux partenaires présents, de mieux comprendre les enjeux du foncier agricole du département, les arcanes des décisions et les modes opératoires de la structure.

Jeudi 2 mai, à Valréas s'est tenu le comité technique de printemps de la délégation du Vaucluse de la Safer Paca. L’occasion de faire le point sur l’activité, croissante, de la Safer Paca et de sa délégation vauclusienne, pour l’année 2018.

Présidé par Jean-Louis Canto, animé par Fabrice Triep Capdeville, directeur départemental, et en présence de Patrice Brun, président directeur général, et de Philippe Lauraire, directeur adjoint, ce comité technique a été l'occasion, pour de nombreux partenaires présents, de mieux comprendre les enjeux du foncier agricole du département, les arcanes des décisions et les modes opératoires de la structure.

La matinée s’est ouverte par un mot d’accueil de Régis Duc, président de la cave coopérative ‘La Gaillarde’, qui recevait la réunion. Puis, plusieurs dossiers ont été présentés par les conseillers fonciers, avant prise de décision. Enfin, le tandem Philippe Lauraire et Fabrice Triep Capdeville est revenu sur l’activité de la Safer Paca en 2018, le premier s’attachant à présenter les chiffres régionaux, le second, départementaux.

Un marché toujours en croissance

« Globalement, en région, sur les dix dernières années, nous constatons une augmentation de tous les indicateurs, avec une accentuation marquée depuis 2016, liée à la mise en place de la loi d’Avenir, qui a imposé une plus large notification des vente par les notaires à la Safer », souligne Philippe Lauraire. Résultat : une envolée de +14% des ventes sur la région depuis 2016, de +35% depuis 2015, des chiffres qui reflètent un double phénomène : « l’impact de la loi et l’augmentation globale du marché ». En surface, la tendance est la même, avec +24% de surfaces vendues en 2018 par rapport à 2016 (+37% par rapport à 2015).

En Vaucluse, la tendance est identique, avec 3482 ventes notifiées et réalisées par la Safer (+5%) dont 1468 avec bâti, et 2014 non-bâti. En surface, cela représente 5178 ha, un chiffre stable par rapport à 2017, mais « qui reste important pour le département, puisque sur dix ans, on a recensé 3817 ha échangés en moyenne. On a davantage de mouvement foncier agricole et forestier dans le département », note Fabrice Triep Capdeville. En valeur, le marché croît de 3,8% à 766 millions d’euros, avec un dynamisme marqué à Cavaillon, l’Isle-sur-Sorgues, Pernes et Orange, « et une pression plus marquée qui vient du Sud, en particulier sur les ventes supportant du bâti ».

La structuration du marché en Vaucluse est également singulière comparativement au marché régional, ce qui traduit « l’orientation agricole du département ». Côté prix, ils sont plutôt stables, hormis en viticulture avec signe de qualité, notamment les crus « où l’on constate une tension plus importante, avec plus de demandes que d’offres ».

Un travail plus fin sur le territoire

Face à l’évolution du marché en général, et agricole en particulier, pas étonnant que l’activité même de la Safer Paca soit également en croissance. « Nous étions 56 en 2002, nous sommes désormais 86. La Safer Paca assume le fait qu’elle souhaite affirmer sa présence sur le terrain au profit des agriculteurs, dans un marché en croissance », note Philippe Lauraire. En Vaucluse, le travail des neuf conseillers fonciers permet de rester proche des territoires. « Cela permet aussi de traiter plus d’opérations, notamment en termes de rétrocessions puisque nous intervenons davantage en amont. Mais surtout d’avoir un travail plus fin sur l’appui au territoire », souligne Fabrice Triep Capdeville

Dans le département du Vaucluse, 342 acquisitions ont ainsi été faites en 2018 (125 en 2002), pour une surface de 1260 ha, et une valeur de 53 millions d’euros (9 M€ en 2002). La délégation de Vaucluse a également acquis 187 ha de stock pour de futures rétrocessions et aménagements foncier. Et, toujours en 2018, elle a procédé à 351 rétrocessions pour 326 dossiers en faveur du développement d’une agriculture dynamique et durable, 6 en faveur du développement local, et 19 pour la protection de l’environnement.

En outre, en Vaucluse, 58 dossiers de préemption ont été signés en 2018, pour 125 ha et 1,913 M€. 128 dossier ont été initiés, pour 235 ha et 5,3 M€ en valeur. De plus, 41 dossiers en préemption de révision de prix ont été lancés (86 ha, 2,1 M€) ainsi que 9 dossiers en préemptions partielles (20 ha, 275 000 €), dont 4 ont été signés (5 ha, 97 k€).

Céline Zambujo


OPA - Serv. publicsFoncier safer agriculture installation hectares paca