FDSEA de Vaucluse : En attendant le congrès, à l’automne

Publié le 18 février 2021

La FDSEA de Vaucluse a tenu la première partie, statutaire, de son assemblée générale le 18 février dernier, à la Chambre d’agriculture. Le congrès devrait avoir lieu à l’automne, sous réserve de l’évolution de la pandémie.

La FDSEA de Vaucluse a tenu ce jeudi 18 février sa 77e assemblée générale. Covid oblige, cette édition s’est déroulée à huis clos à la Maison de l’agriculture, en respectant les mesures sanitaires. La réunion a été limitée à la partie purement statutaire et le congrès habituel a été reporté à l’automne, si possible. Le rapport d’activité a été présenté et l’année 2020, bien que particulière, a été riche en actions pour le syndicat agricole majoritaire du département.

2020 a débuté normalement avec deux sessions de formation en droit rural organisées par les sections des Agricultrices et des Fermiers et Métayers sur le thème ‘Prendre en location des terres agricoles, nouveau contrat ou cession : savoir négocier le contrat le plus adapté’. Également en janvier, les candidats à l’élection des délégués cantonaux de la MSA réunis sous la bannière FDSEA/JA ont rassemblé la majorité des suffrages dans les 1er et 3e collèges (exploitants et employeurs de main-d’œuvre), et Marie Claude Salignon a été élue présidente du conseil d’administration.

La FDSEA 84 a pu organiser en février, juste avant le premier confinement, son habituel congrès à Montfavet sous le thème de l’agriculture méditerranéenne et du changement climatique. « Oser l’agriculture comme solution » était l’appel syndical lancé, un message positif à l’innovation et à l’évolution des pratiques agricoles. Les instances de la fédération ont été renouvelées à cette occasion, et Sophie Vache a été confirmée en tant que présidente. Son équipe est notamment composée de Vincent Touchat, secrétaire général, Jean-François Cartoux, trésorier, Sylvie Barthée-Barjot, présidente de la Section des agricultrices, et de Lucette Guglielmino, présidente de la Section des anciens exploitants.

Marché, gel, Smic… un printemps dense

Début mars, suite aux décisions politiques du premier confinement – et alors que seules les grandes surfaces avaient l’autorisation de rester ouvertes au public, une situation « inconcevable » pour le monde agricole qui avait besoin de vendre sa production de saison –, la FDSEA de Vaucluse a obtenu l’ouverture des marchés de producteurs.

Fin mars, le gel a sévèrement impacté les productions de cerises, pêches, abricots, nectarines, amandes, figues, prunes… Le processus de reconnaissance en calamité agricole défendu par la Fédération arrive actuellement à son terme, et les dossiers individuels vont pouvoir débuter.

En juin, une véritable victoire syndicale est obtenue après des années de combat, avec l’obtention de la pension minimale à 85% du Smic pour les chefs d’exploitation à carrière complète, applicable à compter du 1er janvier 2022. Un bémol toutefois : la commission des agricultrices déplore que les conjoint(e)s et aides familiaux ne soient pas concernés par cette revalorisation.

Occuper le terrain

Avec l’été et l’amélioration de la situation sanitaire, c’est sur le terrain – chez des maraîchers de la ceinture verte d’Avignon, puis dans les vergers et vignes du Luberon –, que la Fédération a rencontré, comme souvent, la préfecture. La distorsion de concurrence, avec l’importation renforcée par le manque de soutien des distributeurs, a une nouvelle fois été discutée, ainsi que, de manière plus générale, les difficultés économiques liées au Covid, dont la détresse de la viticulture.

Au début de l’automne, organisée en collaboration avec Solaal1,la 6e Journée du don agricole a permis de collecter, grâce à la générosité des agriculteurs, 14 tonnes de fruits, légumes et œufs pour une distribution aux plus démunis.

En fin d’année, les thématiques environnementales et sociétales sont revenues au-devant de la scène, avec les concertations publiques sur le nouveau zonage nitrate et sur la charte de bon voisinage, sans oublier le début des discussions relatives au plan de protection des pollinisateurs. Comme à chaque fois, la FDSEA a apporté son expertise sur ces thématiques en défendant le monde agricole et la ruralité.

Enfin, l’emploi a été un sujet récurrent sur l’ensemble de l’année, que ce soit le contexte géographique et économique de l’agriculture vauclusienne, les aspects juridiques de la prestation de service, la création éventuelle d’un Groupements d'employeurs pour l'insertion et la qualification (GEIC) agricole, la réduction du coût du travail dont la pérennisation du dispositif TO-DE et le Projet de loi de financement de la sécurité sociale 2021, le déploiement de la nouvelle convention collective nationale de la production agricole et des Cuma, ou les impacts de la crise sanitaire sur le recours à la main-d’œuvre locale et étrangère.

À ce sujet, la FDSEA de Vaucluse a obtenu en fin d’année une dérogation à la fermeture des frontières pour les saisonniers agricoles marocains, moyennant la mise en place d’un protocole sanitaire strict. Un premier pont aérien a ainsi été organisé le 23 décembre et ce fut avec un immense soulagement que 38 exploitations agricoles de Vaucluse ont accueilli 154 saisonniers pour les travaux d’hiver.

Source : FDSEA 84

(1) Solidarité des producteurs agricoles et des filières alimentaires.


OPA - Serv. publicsSyndicalismeFdsea congrès gel smic retraite cotisation