Don agricole : Poursuite des partenariats entre les Min et Solaal Sud

Publié le 03 octobre 2022

Élus et représentants des syndicats agricoles posent fièrement parmi les huit  tonnes de produits récoltées au Min de Cavaillon, à l’occasion des Journées nationales du don agricole. (ML)

Huit années après les premières journées organisées un peu partout en France par l’association Solaal, la délégation Sud – qui jusqu’ici se concentrait majoritairement sur les Bouches-du-Rhône – étend son champ d’action en invitant la solidarité au Min de Cavaillon.

Un peu de rotation dans les Marchés d’intérêt nationaux (Min) en Région Sud, pour les journées nationales du don agricole ! Après avoir d’abord œuvré principalement dans les Bouches-du-Rhône – au Min des Arnavaux, à Marseille, et à celui de Châteaurenard –, l’association Solaal Sud a proposé au premier de céder sa place à Cavaillon, pour la huitième édition des Journées nationales du don agricole.

“Je remercie chaleureusement les agriculteurs, toujours à nos côtés lors de ces événements, ainsi que les grossistes. Pour l’organisation de cette première édition à Cavaillon, nous avons reçu des produits magnifiques, variés et d’une très belle qualité”, se réjouit Marie-Paule Chauvet, présidente de l’association qui fait le lien entre agriculteurs et associations caritatives, afin de mieux coordonner les actions de dons agricoles

Ainsi les journées débarquaient-elles en Vaucluse pour la première fois. “Nous avons l’habitude de répondre présent sur les actions de solidarité. Ça a été le cas pendant le Covid ou encore, dernièrement, avec la récolte de 200 tonnes en une semaine pour l’Ukraine. Alors, quand Christian Mounier [vice-président du conseil départemental en charge de l’agriculture, l’eau et l’alimentation, ndlr] nous a proposé de nous lancer dans cette journée, nous avons évidemment accepté”, déclare Benoit Mathieu, président du Min de Cavaillon. Jean-Baptiste Blanc, sénateur de Vaucluse, souligne lui aussi la noble mission des donateurs, “qui ajoutent le cœur et la solidarité à un contexte pourtant bien difficile”.
Avec huit tonnes récoltées pour cinq associations – l’Andes, Les Resto du Cœur, la Croix-Rouge, le Secours populaire et Les Jardins de la Méditerranée –, nul doute que l’opération sera reconduite autant que de possible. “Ce type d’action est véritablement important pour notre fonctionnement. Nous rendons service à environ 500 personnes chaque semaine”, avance Valérie, représentante des Restos du Cœur de Cavaillon. “Vu nos difficultés d’approvisionnement, c’est un réel bonheur de voir toute la diversité des produits donnés par les agriculteurs du département”, ajoute son homologue de la Croix-Rouge Sorgue Durance, qui accompagne près de cent familles lors des quatre distributions hebdomadaires.

Continuer à rayonner sur la région

C’est d’abord sur le pays d’Arles que s’est lancée l’association Solaal Sud. Puis, très vite, s’est posée la question de l’élargissement des compétences et d’un travail plus régional. “Notre but est d’inciter à donner plutôt que jeter. Souvent, les mondes agricole et associatif se connaissent très mal. Alors il est important de communiquer”, explique Marie-Paule Chauvet. Communiquer sur les actions, mais aussi sur les avantages, notamment la défiscalisation des dons, car “beaucoup d’agriculteurs ne savent pas qu’ils peuvent y prétendre”, précise-t-elle.

L’année dernière, pour les Journées nationales du don agricole, 19 tonnes (avant re-triage) avaient été récoltées sur les Min des Arnavaux et de Châteaurenard. Cette fois, le Vaucluse intègre la partie et commence avec huit tonnes, soit 16 000 repas. “Merci d’avoir franchi la Durance”, félicite Bénédicte Martin, venue rappeler le soutien de la Région Sud, en tant que vice-présidente en charge de l’agriculture. La journée châteaurenardaise a quant à elle eu lieu hier (29 septembre), venant ajouter plusieurs tonnes au compteur.

La solidarité ne se limite cependant pas aux seules journées de septembre. Tout au long de l’année, Solaal Sud organise des collectes, des cueillettes ou actions de glanage, se faisant également entendre lors de nombreux événements, tels que le Salon international de l’agriculture, le Salon des agricultures de Provence ou encore les Journées nationales de l’agriculture.

De nouvelles actions sont donc à attendre prochainement, peut-être en partenariat avec les syndicats agricoles. La satisfaction de faire partie d’une telle solidarité a, en tout cas, été rappelée par Audrey Piazza, présidente des Jeunes agriculteurs de Vaucluse, ou encore d’Élisabeth Amoros, vice-présidente du Département à la culture – en représentation de Dominique Santini, présidente, et de Christian Mounier –, qui relève quant à elle “l’espoir de voir ces actions devenir de véritable levier du projet alimentaire territorial”.

Manon Lallemand


OPA - Serv. publicsSolaal sud don agricole cavaillon min solidarité