Compagnons des Côtes du Rhône : Au ban, au ban masqué ohé ohé !

Publié le 29 septembre 2020

Ce ban des vendanges 2020 a été proclamé, dans le cadre enchanteur du clos de la vigne du Palais des Papes qui surplombe le Rhône (© F. Pabst)

C’est en comité restreint, mais avec la même solennité et la même convivialité, que le ban des vendanges a été proclamé masqué par les Compagnons des Côtes du Rhône, samedi dernier. Le clos de la vigne du Palais des Papes, accueillait pour la circonstance des nombreuses personnalités et les confréries bachiques en tenue d'apparat.

En raison du mauvais temps, la traditionnelle cérémonie avait été reportée d'une semaine. C’était reculer pour mieux sauter car ce samedi 5 septembre, c'est sous un soleil radieux que le ban des vendanges a été proclamé, dans le cadre enchanteur du clos de la vigne du Palais des Papes surplombant le Rhône et le célèbre pont Saint-Bénézet, avec une vue imprenable sur le fort Saint-André et la tour Philippe le Bel de Villeneuve-lès-Avignon.

Ainsi donc, sur les coups de onze heures, en présence de la maire d'Avignon et de nombreux élus, du préfet de Vaucluse, des représentants de la Région et du Département, des vignerons portant les bannières colorées des confréries bachiques, de la chorale des Côtes du Rhône, le président, Louis Buzançais, déclarait : « Chers amis des confréries, de la chorale et partenaires fidèles de notre action, nous sommes très heureux de vous retrouver aujourd'hui dans cette année particulière, insolite, incertaine. Il nous est apparu nécessaire de maintenir cette proclamation du ban des vendanges, gage de soutien à nos chers vignerons, au moment crucial de la vendange. C'est aussi l'occasion de rappeler ici, dans la capitale des Côtes du Rhône, l'importance de cette activité, de son apport à notre région, à notre terroir et au maintien de notre patrimoine ».

Le président poursuivait en annonçant que « le clos de la vigne du Palais des Papes était désormais membre de l'UVA (Urban vineyards association, ndlr), l'association des villes urbaines. Son objectif est de mettre en réseau, de préserver et valoriser ces sites urbains », soulignant la présence du représentant du clos Montmartre, « membre de cette jeune association née en Italie il y a un peu plus d'un an ».

La viticulture a su rebondir

Après avoir goûté le raisin et confirmé sa parfaite maturité, et avant la proclamation du ban, place à quelques déclarations de circonstance. D'abord celle de Cécile Helle, maire d'Avignon : « Il était important de maintenir cette tradition dans cette année insolite pour Avignon, capitale des Côtes du Rhône. Je suis heureuse de voir que les vignes replantées récemment se portent à merveille. Merci au préfet de maintenir cet événement dans notre ville, dans le respect des consignes sanitaires ». Une passe de circonstance saisie immédiatement par le préfet, Bertrand Gaume : « Être présent, c'était une évidence malgré le contexte. Proclamer le ban masqué, on ne s'y attendait pas. Mais le seul moyen efficace de lutter, c'est de porter le masque. Cette situation ne durera pas Ad vitam æternam, la science va progresser. Nous sommes à vos côtés pour continuer à mener à mener vos activités humaines, culturelles ou religieuses. En ce jour, j'ai une pensée pour les viticulteurs : je leur souhaite du courage ».

Michel Bissière, pour la Région Sud, rappelait pour sa part que « la Région vous accompagnait pour l'ensemble des manifestations proposées tout au long de l'année », déplorant cependant l’annulation, cette année, « de quelque 1200 évènements culturels… Les vendanges sont là et c'est l'heure du ban. On avait l'habitude des bals masqués, mais pas encore des bans masqués, il faut s'y faire… ». Enfin, Christian Mounier ajoutait pour le Département de Vaucluse : « L'agriculture est la première économie du département. Il y a eu des difficultés en viticulture, mais on a su rebondir. Heureusement, les vendanges s'annoncent excellentes ». En effet, compte tenu de la proclamation tardive du ban, les vendanges ont déjà bien commencé un peu partout en Vaucluse. La tradition est toutefois respectée, et les vœux portés par la proclamation en plusieurs langues – français, espagnol, anglais, allemand, chinois et italien – traversent tous les vignobles. Elle encourage et porte l'activité multiséculaire des vignerons : « Vienne le temps de la vendange, que Dieu bénisse le travail des vignerons, qu'un vin généreux emplisse nos caves et que l'homme parle à l'homme ». Verdict dans quelques mois…

Francis Pabst, CLP


ViticultureBan vendange covid vin côtes du rhône