Chambre régionale d’agriculture Paca : Faire de la région une région sentinelle

Publié le 02 décembre 2019

Les élus de la Chambre régionale d’agriculture Paca ont défini, lors de leur séminaire, le plan stratégique porté par le réseau des Chambres d’agriculture

Le bureau de la Chambre régionale d’agriculture Paca a tenu un séminaire, fin de semaine dernière, en vue de préparer les prochaines échéances de la mandature, après en avoir fixé le cap et les priorités, dans le cadre du projet défendu lors des élections de début d’année.

Faire travailler ensemble différentes personnalités, tout en étant efficace nécessite souvent quelques préalables et consignes. C’est un des enjeux du séminaire auquel ont participé, fin de semaine dernière, les membres du bureau de la Chambre régionale d’agriculture. « La confiance, la transparence, le respect et le partage d’idées et la volonté de travailler ensemble ne s’improvisent pas », souligne André Bernard, le président de l’institution.

« Ce séminaire a été bénéfique a plus d’un titre », poursuit-il. Les élus ont en effet décliné les 16 domaines d’actions stratégiques, constituant le plan stratégique porté par le réseau des Chambres d’agriculture. « Nous en avons même rajouté un 17e avec le réchauffement climatique et les aspects gestion de l’eau qui font la particularité de notre zone. » Après votes, 4 priorités sont ressorties de ces 17 axes : la communication, la représentation institutionnelle, la transmission/installation et la problématique de l’eau.

 

Établir la feuille de route.

Côté communication, la politique portée par la Chambre régionale sera de renforcer sa présence à chaque fois que l’occasion lui sera donnée, en particulier dans des manifestations comme Tech&Bio et sa déclinaison régionale Médagri1/Tech&Bio, dont la prochaine édition se tiendra du 13 au 15 octobre 2020 en Avignon. « Le salon est un rendez-vous qui vient montrer à tous les avancées portées en région sur nos problématiques territoriales, avec les résultats acquis par les équipes Chambre, les stations régionales et nos partenaires », résume le président.

« Nous avons aussi priorisé la représentation institutionnelle car, si les rouages sont connus au niveau départemental, au niveau régional et interrégional, c’est plus compliqué, vues les distances. » Le bureau a donc travaillé sur une méthode pour « simplifier » les opérations, et acté le fait que tout élu représente en priorité la Chambre régionale. Selon André Bernard, il s’agit avant tout de faire de l’institution Chambre régionale, adossée à ses départements, le relai de l’agriculture régionale, afin de la rendre plus lisible dans les instances régionales, interrégionales et auprès de l’État.

Sur la transmission/installation, le président en est farouchement convaincu : « Une entreprise n’existe pas sans les femmes et hommes qui la constituent, qui se forment et évoluent, sans quoi elle meurt. Il est vital de renforcer d’accompagner ce pilier qu’est la transmission/installation ».

Enfin, dernière priorité : l’eau, « car sans eau sur notre territoire, on ne fait pas grand-chose ». Cette axe rejoint les programmes défendus lors des élections Chambres, en janvier dernier, qui étaient l’installation, l’amélioration de la qualité des produits, la montée en gamme, les filières recherche et développement, le territoire, la préservation, la modernisation et la sécurisation des espaces agricoles et du foncier.

Un calendrier d’ici la fin d’année.

Ensemble, ces quatre priorités s’articuleront avec d’autres comme la bio, la R&D, le numérique et la formation. « Ce plan stratégique, avec ses 16 domaines d’actions stratégiques, va se retrouver dans les contrats d’objectifs que nous sommes en train de négocier avec l’État, pour être au plus près des attentes des agriculteurs, comme des consommateurs. Dans tous les cas, tous les sujet seront abordés lors du mandat », confirme André Bernard.

La prochaine étape sera la session de la Chambre régionale, qui se tiendra mardi 26 novembre, à Aix-en-Provence. En matinée, place à la mise en place du Caf, Conseil de l’agriculture française, avec l’ensemble des organisations professionnelles agricoles régionale comprenant : le réseau Chambre, le syndicalisme, la coopération, la mutualité, la Safer, les centres de comptabilité, le Crédit Agricole et Groupama. « Chacune de ces institutions travaille notamment sur la transmission et l’installation à des degrés divers. Réaffirmer nos priorités doit aussi permettre de gagner en cohérence sur ces sujets. » Puis, à 11h, sera dévoilé officiellement le nouveau site internet Red Paca, qui vient rassembler les données scientifiques et expérimentales acquises en région. Et dans l’après-midi, place à la session de la Chambre régionale proprement dite.

« Cette première séquence se conclura le vendredi 20 décembre, avec une journée organisée au Conseil régional dont la volonté politique est de faire de l’urgence climatique une priorité, avec sa démarche ‘Une Cop d’avance’. Nous viendrons dire que l’agriculture a un rôle prépondérant à jouer sur ce thème, et que nous pouvons travailler en tant que région sentinelle et expérimentale, en particulier sur les questions d’hydraulique et d’adaptation des cultures au climat » conclut André Bernard.

Céline Zambujo

(1) Lire le Vaucluse Agricole du 27 septembre 2019, page 5.


OPA - Serv. publicsChambre d'agricultureChambre régionale agriculture défi