Cerise de table : lancement d'un diagnostic agraire dans le piedmont du Ventoux

Publié le 14 mars 2022

L'AOPn 'Cerise de table' va pouvoir s'appuyer sur le travail de Blandine Renault, étudiante ingénieur AgroParisTech, pour l'établissement d'un diagnostic réalisé auprès des producteurs de cerise en Ventoux. (© DR)

L'AOPn 'Cerises de France' lance un diagnostic agraire dans le piedmont du Ventoux. Objectifs : retracer les trajectoires des systèmes de production depuis les années 1950 jusqu’à aujourd’hui, pour en comprendre davantage l’état actuel et proposer des perspectives de développement.

La production de cerises est amenée à se transformer pour pallier les risques climatiques et sanitaires présents, tout en se pliant à l’évolution des contraintes réglementaires. L’AOPn 'Cerises de France' prend en charge la mise en œuvre d’un diagnostic agraire, à la veille de ces transformations structurantes pour la filière cerise de bouche. Cette étude, d'ores et déjà lancée, sera menée pendant six mois par Blandine Renault, étudiante ingénieur AgroParisTech. Objectif ? Décrire et comprendre le développement agricole en cours, via une analyse systémique.

La réalisation de ce diagnostic agraire repose essentiellement sur un travail de terrain, constitué de nombreuses enquêtes auprès d’agriculteurs actifs, ou à la retraite, présents dans la zone d’étude. Cette dernière a été déterminée par la première phase du diagnostic, caractérisant le milieu : le territoire en question s’étend dans le piedmont du Ventoux, là où la production de cerises est une spécialité. Pourront ainsi échanger avec l’étudiante ingénieur réalisant le diagnostic les agriculteurs des communes de Malaucène, Beaumont-du-Ventoux, Caromb, Saint-Hippolyte-le-Graveyron, Bédoin, Flassan, Villes-sur-Auzon, Blauvac, Méthamis, Malemort-du-Comtat, Venasque, Saint-Didier, Pernes-les-Fontaines et Mazan.

Des enquêtes jusqu'à juillet

Le diagnostic agraire se poursuit actuellement avec une phase d’enquêtes historiques auprès d’agriculteurs retraités ou proches de la retraite, qui se tiendra de début mars à mi-avril. Son objectif est de retracer les trajectoires des systèmes de production depuis les années 1950 jusqu’à aujourd’hui, pour en comprendre davantage l’état actuel. En parallèle, certaines enquêtes couvriront des acteurs structurants de la filière cerise de bouche : expéditeurs, négociants, etc.

À partir d’avril, viendra ensuite une phase d’enquêtes technico-économiques avec des agriculteurs en activité, exploitant dans la zone d’étude. Cette dernière série d’enquêtes s’entendra jusqu’à fin juillet et visera à établir une typologie des systèmes de production actuels du territoire étudié. L'ensemble des entretiens sera anonyme et confidentiel. Les exploitations ayant des moyens de production, un fonctionnement technique et des résultats économiques similaires seront finalement modélisées au sein d’un même système de production, établi en croisant les informations de plusieurs entretiens. La modélisation des systèmes de production décrira au mieux la diversité des exploitations présentes dans la zone d’étude, bassin de production de la cerise. Elle permettra aussi de comprendre leurs contraintes intrinsèques, en termes technique et économique, et de conjecturer leur évolution au regard des autres systèmes de production décrits dans la région.

Contact : AOP Cerises de France, Maison de l'agriculture, site Agroparc, 84912 Avignon cedex 9. Tél. : 04 90 27 12 64

Fruits & légumesCerise table ventoux diagnostic enquête arboriculteur