Carpentras : Jean Rebotier, la passion du végétal

Publié le 20 décembre 2021

Jean Rebotier dans son oliveraie personnelle, à Caromb. (© PN)

Natif du Gard, désormais installé dans le Comtat Venaissin, Jean Rebotier est un entrepreneur de travaux agricoles heureux. Rencontre avec un homme aussi passionné que rigoureux.

Il est tombé dedans quand il était petit, en quelque sorte. Jean Rebotier, 31 ans, entrepreneur de travaux agricoles, a toujours travaillé dans cet univers. Né dans le nord du Gard, il est entré dans un cursus agricole dès la quatrième, à la Maison familiale rurale de Vézénobres, d’où il sortira avec un bac pro, avant d’aller faire un BTS 'Agronomie' à Richerenches. Ses capacités de travail soigné et bien exécuté sont remarquées de bonne heure : alors qu’il n’a que 17 ans, il remporte le concours de taille du 'Sécateur d’or', co-organisé par la Chambre d’agriculture et les Jeunes agriculteurs du Gard, ainsi que par le lycée agricole de Rodilhan et la Maison familiale rurale de Vézénobres.

C’est au gré des saisons qu’il se forge ensuite une solide expérience professionnelle, en travaillant notamment en viticulture, mais aussi en arboriculture. Il exerce ses talents d’abord dans le Gard, pendant une année, avant de rejoindre sa compagne, Karine, installée alors à Sarrians. Durant trois années, il continue à se faire connaître, noue des liens et établit des collaborations durables avec une bonne vingtaine de vignerons et d’arboriculteurs. "Un jour, le propriétaire de l’un des domaines pour lequel je travaillais au contrat m’a dit qu’il était temps que je m’installe à mon compte. J’ai dit que j’y pensais, mais il a insisté, m’a dit que si je ne le faisais pas maintenant je ne le ferais jamais. Alors, j’ai suivi son conseil !" raconte Jean Rebotier.

Installation à son compte

C’est donc 2019 donc qu’il crée son entreprise en nom personnel. Une rencontre va être déterminante pour la réalisation de ce projet, avec Pierre Begouaussel, pépiniériste viticole à la retraite, et grand maître de la Confrérie du plant de vigne. "C’est quelqu’un qui m’a toujours soutenu, en me permettant notamment de mettre mon matériel à l’abri en attendant d’avoir mon hangar", explique Jean Rebotier. S'il garde comme clients la vingtaine d’entreprises agricoles pour lesquels il a travaillé, aussi bien dans le Gard que dans le Comtat Venaissin, il double rapidement la mise. Il ne possède pas encore d’équipements mécanisés, et se limite donc aux travaux à la main. "Il m’est arrivé de temps à autre de louer des équipements, mais je me suis vite aperçu que ce n’était pas forcément très intéressant. J’ai donc fait le choix de concentrer mes offres sur les travaux de taille, de récoltes, d’arrachage."

Depuis trois ans, il a constitué une solide équipe de saisonniers, composée d’un noyau dur de cinq personnes, et d’une équipe de renfort de sept membres. "C’est vrai que c’est pas mal de boulot administratif. Mais les entreprises agricoles sont souvent tributaires de la météo, il faut pouvoir par moments donner de sérieux coups d’accélérateur."

Sens de l’écoute

Capacité d’adaptation, réactivité, et sens de l’écoute de ses clients : telles sont les qualités reconnues à Jean Rebotier par ceux et celles pour lesquels il travaille. "Je passe toujours beaucoup de temps à comprendre au plus près les besoins et les attentes de mes clients, c’est important pour eux quand ils délèguent la réalisation d’un chantier agricole à mon entreprise." Ce sens de l’écoute, il le développe aussi auprès d’une clientèle d’une dizaine de particuliers ou de restaurateurs. "Je crois que ce que les particuliers apprécient, c’est qu’ils sentent à quel point mon métier est avant tout une passion, pour l’univers végétal, pour ces beaux métiers de la culture du végétal. Généralement, ce sont des gens qui sont fiers de leurs jardins, ils ont envie qu’ils soient soignés et qu’on y apporte toute l’attention nécessaire." Il a de plus trouvé une méthode originale pour prospecter les particuliers, en participant à des vide-greniers. "Je préfère le contact direct, en discutant directement avec les gens. Les vide-greniers sont des moments sympathiques, où les gens sont détendus."

Aujourd’hui, alors que son entreprise a passé avec succès le cap des trois années d’existence, Jean Rebotier pense au développement. Il vient d’acheter un tracteur fruitier sans cabine, et envisage sérieusement de développer ainsi ses prestations tractorisées. Sur le terrain d’un hectare qu’il exploite en métayage à Caromb, il produit des olives, et sa propre huile d’olive extraite chez un moulinier du village. Il commence aussi à réfléchir à un hangar pour abriter son matériel. Bref, si le succès est là, et bien là, Jean Rebotier n’entend en aucun cas se reposer sur ses lauriers, mais bien plutôt continuer sur son élan, avec persévérance et ténacité. "Je suis toujours aussi passionné par mon métier, même si j’en ai découvert, avec cette création d’entreprises, les aspects moins agréables, comme le nombre conséquent de démarches administratives liées à l’embauche des saisonniers. Sur le secteur de Carpentras, je n’ai qu’un concurrent, bien plus important que moi, et je n’hésite jamais à orienter mes clients vers lui, si jamais ils ont besoin de prestations spécifiques. Nous avons la chance, sur ce secteur, de nous connaître un peu tous, et de travailler encore dans un certain respect."

Pierre Nicolas, CLP


Autres productionsOléicultureET rebotier carpentras comtat venaissin travaux agricoles MFR