Cairanne : des vignerons et des arbres, pour un paysage cairannais diversifié

Publié le 13 décembre 2021

Élus et vignerons exposent fièrement le fruit de leur engagement pour le territoire cairannais. (© ML)

Jeudi 25 novembre, le jeune cru Cairanne fixait un rendez-vous important : après une année de mise en place de sa charte paysagère et environnementale, le temps était venu de la signer. Les différents partenaires ont ainsi pu apposer leur signature, preuve de leur soutien indéfectible dans une démarche agroécologique engagée.

Sa signature s’est trouvée retardée à cause du Covid, mais c’est désormais chose faite : la charte environnementale et paysagère du cru Cairanne, mise en place en 2020, est officiellement en place ! Alors que les appellations se mettent tour à tour au vert, Cairanne souligne trois enjeux : protéger et préserver le paysage ; les valoriser ; et, enfin, créer et produire "pour inventer les paysages de demain, en cohérence avec l'identité de Cairanne, et en lien avec une volonté de mise en tourisme du vignoble". À partir de là, trois engagements forts ont été pris et figurent sur la charte signée par l’appellation, la commune, le Syndicat des Côtes-du-Rhône, l’interprofession Inter Rhône, la Région Sud et le Département de Vaucluse : respecter la biodiversité et les ressources naturelles, préserver l’identité et la typicité locale, mettre le paysage au cœur de la découverte du vignoble. Quatre fiches actions opérationnelles ont également été élaborées, afin "d’éclairer les vignerons pour la mise en place d’aménagements : la plantation d’essences locales, l’implantation de couverts végétaux – notamment des prairies fleuries dans les jachères –, le maintien et l’entretien des cabanons si typiques de la région, et la préservation des arbres morts et arbres à cavité".

Avec cette signature, la charte devient un engagement officiel des vignerons cairannais. "Lorsque nous sommes passés en cru, en 2016, ce nouveau statut relevait de la fierté. Mais il nous impose aussi de la dynamique, de l’ambition, de l’exigence et, surtout, de nouveaux devoirs. La devise de notre village est 'Semper Augusta' qui signifie 'Toujours mieux'. Alors, évidemment, nous nous sommes interrogés sur ce que nous, vignerons, pouvions faire", explique Laurent Brusset, président de l'AOC Cairanne. Parmi les options étudiées, planter des arbres est apparu comme une solution pour s’engager dans une démarche positive de préservation du territoire.

Casser un paysage mono cultural

"Avec le syndicat qui participe au rayonnement de la commune, nous entrons de plain-pied dans la nécessité d’adaptation au changement climatique. Depuis 2016 à Cairanne, nous avons un Plan local d’urbanisme qui protège les vignes : près de 60 % des terrains à bâtir ont été déclassés pour cela et les Cairannais l’ont très bien compris", explique Roger Rossin, maire de Cairanne. Avec une réelle volonté de préserver les paysages historiques et les vignes, plus de 300 végétaux ont déjà été plantés ces dernières années par la commune, avec des essences variées, mais adaptées à l’identité visuelle du paysage.

Denis Guthmuller – président du Syndicat général des Côtes-du-Rhône, signataire de la charte – confirme, rappelant la prise de conscience globale lorsque les Côtes-du-Rhône se sont dotées de leur première charte, en 2015 : "Les choses changent, et il y a un véritable besoin de biodiversité et d’adaptation. À l’heure où l’agriculteur est souvent mal perçu par le grand public, nous devons être vertueux et communiquer sur nos efforts. L’agroforesterie est très justement quelque chose sur quoi nous devons continuer de travailler, pour être plus résilients à l’avenir". L’AOC Cairanne a ainsi souhaité s’appuyer sur l’agroécologie pour établir sa charte, dont la réflexion remonte à une initiative vigneronne et collective, appuyée par les résultats d’une étude paysagère menée par une stagiaire agronome, accueillie au sein de l’appellation.

Cette étude, couplée à un diagnostic environnemental, a fait ressortir l’importance de casser cet aspect "mer de vignes", et impulsé l’idée de planter 1 000 arbres en bordure de vignes. Amandiers, mûriers, pruniers, arbousiers… "Hormis les oliviers – qui reviennent chaque année parce qu’ils sont l’essence par excellence de notre territoire – nous faisons le maximum pour varier les essences", détaille le président du syndicat cairannais. Si ce sont d’abord les vignerons qui achetaient les arbres pour leurs parcelles, l’idée a rapidement été étendue aux citoyens de la commune et du monde entier, avec la démarche 'Je plante mon arbre à Cairanne'.

Pas de perte de vitesse pour l’AOC

Le jeune cru Cairanne ne souhaite toutefois pas se reposer sur ce nouvel acquis, et poursuit son développement. Création de sentiers pédestres dans les vignes, maison des vins… de nombreux projets sont en cours. Au printemps 2022 sortira effectivement de terre la nouvelle Maison du cru Cairanne, qui se déploiera sur deux niveaux "avec un caveau, une salle de dégustation et une autre destinée aux réunions", précise Laurent Brusset. Une boutique sera évidemment dédiée à la vente des vins de l’AOC, et un musée de la Romanité sera adossé à cette nouvelle maison des vins, un vigneron de l’appellation ayant trouvé, puis donné à la ville afin de les exposer, plusieurs objets romains.

La charte viendra quant à elle prendre sa place dans la future maison, preuve irréfutable de la dynamique collective des vignerons cairannais pour améliorer le terroir et leurs vins qui en sont issus.

Manon Lallemand


ViticultureCôtes du Rhône, villages et crusCairanne cru arbre vigneron agroforesteriePLU essence végétaux vigne