CA 84 : Pré-rentrée à Piolenc avant les vendanges

Publié le 31 août 2020

Le domaine expérimental de Piolenc ouvrait ses portes vendredi dernier, pour présenter les essais mis en place sur le domaine pour lutter contre le changement climatique. (© CZ)

L’union fait la force et permet de gravir les montagnes qui attendent les vignerons dans les prochaines années. Pour illustrer cet adage, rien de mieux qu’une journée complète détaillant concrètement les efforts et autres travaux mis en place par les équipes de recherche et développement de la région, pour lutter contre le changement climatique et optimiser la production viticole. Alors que les vendanges 2020 débutent à peine dans le département, vendredi dernier, le Domaine expérimental de Piolenc ouvrait ses portes.

La Chambre d’agriculture de Vaucluse et ses partenaires accueillaient les vignerons, vendredi dernier, sur le Domaine de Piolenc, à l’occasion de deux visites organisées, le matin et l’après-midi, pour visiter la vitrine expérimentale viticole. Durant trois heures environ, les visiteurs ont ainsi pris connaissance des derniers résultats et des nouveaux essais lancés par la Chambre et ses partenaires sur l’agro-écologie, l’adaptation au changement climatique, la réduction des intrants, la lutte contre le dépérissement, le développement et l’intérêt des capteurs, les cépages résistants et l’évolution des outils pour l’irrigation et l’agro-météorologie.

Proposer des systèmes résilients

Éric L’Helgoualch et Marion Tempé, conseillers à la Chambre de Vaucluse, ont ainsi animé l’atelier agro-écologie, rappelant l’objectif et les avancées des groupes Dephy Ferme et Dephy Expé. Ils ont notamment insisté sur les différents leviers techniques testés « via la réduction de doses, l’observation des vignes, le recours aux produits de biocontrôle en lieu et place, quand c’est possible, de produits à fort impact environnemental, comme les CMR1 ou les produits à ZNT élevée », notait Marion Tempé, citant également les travaux avec le travail du sol, les couverts végétaux, la Méthode d'estimation et restitution des cultures intermédiaires (Merci)… De son côté, Éric L’Helgoualch rappelait qu’il fallait également tenir compte de l’environnement faunistique et le favoriser, avec notamment l’installation de nichoirs à insectes, à oiseaux et autres chauves-souris dans et autour des vignes.

Quelques mètres plus loin, Pauline Garin attendait les visiteurs pour leur présenter la vigne agro-écologique, mise en place en 2019 avec l’IFV, l’Inrae et la Chambre d’agriculture de la Drôme. Ce système diversifié accueille un peuplement végétal rassemblant de la vigne, du thym, un enherbement inter-rang, des couverts végétaux (piloselle) et une haie. « L’objectif est ici d’avoir une couverture maximale du sol et de développer un système résilient. Nous étudions l’effet de cette couverture végétale sur la vigne, notamment en termes de concurrence hydrique et minérale, en nous appuyant sur un porte-greffe productif et une conduite de la vigne en non-taille, avec soutien hydrique : goutte-à-goutte de surface pour les premières années, et goutte-à-goutte enterré, à 80 cm, qui vient soutenir la vigne plutôt que les couverts ou le thym. » Au printemps dernier, des ruches ont également été installées et, « à terme, nous souhaitons faire pâturer des animaux ».

Puis, Simon Moinard – ingénieur en métrologie et capteurs à Montpellier SupAgro – a fait un point sur les différents capteurs accessibles en viticulture. Il a surtout invité les vignerons à le contacter pour en développer de nouveaux : « Avec les étudiants, nous mettons en place des projets de création d’outils pratiques : capteurs de suivi des volumes dans les cuves, caméras de suivi de parcelles distantes du siège d’exploitation, capteurs de suivi de l’indice de végétation ou de gaz, pour le suivi des fermentations… Vous avez une idée, nous pouvons la développer avec vous ! » a-t-il expliqué aux vignerons. Pour le contacter : 06 99 22 74 82, dimon.moinard@supagro.fr.

Agrivoltaïsme et glyphosate au menu

Ensuite, Olivier Jacquet, responsable du service ‘viti’ de la Chambre, a fait le point sur les travaux d’adaptation au changement climatique : l’agrivoltaïsme dynamique avec Sun’Agri et l’Inrae, les filets d’ombrage-anti grêle, les essais brumisation et micro-aspersion, l’irrigation… « Il faut démultiplier les pistes pour trouver des solutions fonctionnelles, afin d’aider les vignerons à réduire l’impact du changement climatique sur leur production », notait le responsable, qui va prochainement remettre son tablier, après 40 années passées au service de la viticulture départementale et régionale, pour une retraite bien méritée.

Puis, le Criiam Sud a fait un point sur les capteurs agro-météo proposé par le Criiam Sud avec de passer aux travaux menés sur le désherbage, en vue de la future interdiction du glyphosate : le domaine de Piolenc accueille sur en effet un nouvel essai, ‘Viglyfree’, depuis janvier dernier. Cet essai – qui vise à « affranchir collectivement la viticulture du glyphosate en situation de contraintes » – compare notamment l’efficacité d’une tuile de plastique recyclée, à un enherbement spontané, à un travail du sol intercep et à un témoin désherbé chimiquement avec du glyphosate.

Enfin, les vignerons ont découvert – avec Marion Claverie, de l’IFV, et Marine Galanopoulo, de la Chambre –, les essais lancés dans le cadre du Plan national dépérissement concernant le grenache (Dep-Grenache2), et ceux portant sur l’intérêt du curetage. Et, pour finir la visite, le tandem François Berud, de la CA 84, et Viviane Becart, du Syndicat général des vignerons des Côtes du Rhône, a présenté les travaux menés sur les cépages résistants aux maladies : le programme ResDur-Inrae et l’essai lancé sur les cépages résistants rhodaniens, la visite s’achevant avec une dégustation de Floréal, Vidoc, et d’Artaban.

Céline Zambujo

(1) Cancérogène, mutagène, reprotoxique. (2) Lire le Vaucluse Agricole du 19 juin 2020, page 8.


Marine Galanopoulo, de la Chambre d’agriculture de Vaucluse, a détaillé les essais lancés sur l’impact du curetage pour réduire le dépérissement. (© CZ)

ViticultureAgrivoltaïsme chambre agriculture climat durable innovation