Beaumont-du-Ventoux : le coing apéritif de Corinne Guimety

Publié le 30 mai 2022

Avec une expérience professionnelle dans le domaine de l’export, Corinne Guimety a pu développer un réseau de commercialisation équilibré par rapport à ses objectifs. (© PN)

À Beaumont-du-Ventoux, Corinne Guimety commercialise et distribue 'L’apéritif du coing' conçu et fabriqué par trois amis d’enfance dont son mari Gérard ainsi qu’un pétillant de sa création. Au cœur de ces recettes : le coing.

En bouche, le goût est surprenant, avec certes un parfum de fruit, mais pas un fruit commun : le coing surprend, avec une texture et un goût qui naviguent entre la pomme et la poire. D'autant que ce fruit piriforme et volumineux – cotonneux en surface et, à maturité, jaune et très odorant – ne se mange pas cru. De quoi faire surprendre ses invités, si toutefois ils ne sont pas nés en Provence !

Car le Coudounat – en provençal, 'coudoun' veut dire 'coing' – est une recette ancestrale d’ici, fabriquée maison le plus souvent. Une recette que Gérard Guimety s’est fait transmettre par son père. Un produit qui s’apprécie aussi bien en apéritif qu’en digestif.

Une recette familiale

À la fin des années 90, il a commencé, dans sa maison de Beaumont-du-Ventoux, à fabriquer du Coudounat pour la famille et les amis. Mais rapidement, le succès de cet apéritif – à la fois étonnant et traditionnel – l’amène à envisager d’en faire une activité commerciale, en plus de son travail de responsable de maintenance dans l’industrie agroalimentaire. Il crée donc la SARL 'Soleu e Destre', en octobre 2002.

"En provençal, cela veut dire 'soleil et pressoir', les deux points essentiels au cœur de cette recette. Car le coing a besoin du bel ensoleillement de la Provence, et c’est en le broyant, puis en le pressant, qu’on en extrait ce jus fruité et parfumé" qui sera muté ensuite à l’alcool, avec l’ajout d’un peu de sucre (sans conservateur) pour fabriquer le Coudounat, explique Corinne, aujourd’hui gérante de la société.

Passage de relais

Corinne a fait sa vie professionnelle dans le secteur de l’exportation, avant de se consacrer à sa famille. En 2011, les aléas de la vie l’amènent à prendre la décision, après quelques mois de réflexion, de reprendre le flambeau, avec les encouragements de beaucoup de gens autour d’elle. "Ce qui m’a encouragé à le faire est que Gérard avait réalisé une production importante et qu’il y avait de la demande. Je n’avais pas à ce moment-là le savoir-faire, pour produire et assembler notre 'Apéritif du coing'. Pouvoir m’appuyer sur le travail qu’il avait réalisé, c’était un gage de qualité, et un hommage que je rendais aussi à son travail et à son engagement."

Son expérience professionnelle, dans le domaine de l’export, se révèle précieuse pour développer un réseau de commercialisation. Sa gentillesse, sa discrétion, son sens de l’écoute font le reste : sur les manifestations et fêtes de terroir, son stand est souvent fort apprécié. En revanche, elle ne veut pas commercialiser chez elle, pour préserver sa famille et son rythme de vie.

Élargissement du réseau et de la gamme

Son travail – aussi bien sur les manifestations de terroir qu’auprès de différents distributeurs – porte rapidement ses fruits. "La grande et moyenne distribution ne m’intéresse pas vraiment. Je préfère les magasins de proximité, où il y a un vrai échange et la mise en valeur des produits régionaux. Je commercialise à la Ruchofruit, à Bédoin, dans les espaces produits du terroir des offices de tourismes, à Carpentras et Vaison-la-Romaine, ainsi qu'auprès de pâtisseries, comme Peyrerol sur Vaison." Quelques cavistes, épiceries fines et fromageries dans le Vaucluse, la Drôme, mais aussi dans quelques caves, à Bédoin et Beaumont-du-Ventoux notamment, sans oublier le circuit CHR (Café hôtel-restaurant) complètent le réseau. "Je suis active, moitié de l’année, sur des manifestations et dans les fêtes de terroir."

Petit à petit, Corinne commence aussi à développer la gamme. D’abord, en réalisant d’autres produits à base de coings : gelée, sirop, pâtes de fruit, mais aussi une surprenante 'Gelée de Coudounat', à ne pas donner aux enfants, car elle est réalisée en cuisant et réduisant 'L'apéritif du coing', qui, rappelons-le, titre tout de même 16° avant réduction…

Au fur et à mesure, Corinne s’autorise même à innover à partir du Coudounat. "En 2019, je me suis rendu compte que les pétillants avaient le vent en poupe. Et je me suis dit, pourquoi ne pourrait-on pas faire, de cet apéritif, une base pour un pétillant, avec un degré inférieur, à 10° ? J’ai trouvé un prestataire de services pour la gazéification et ça a très bien marché d’entrée de jeu."

L’avenir, aujourd’hui, c’est d’abord son fils aîné, Benoît, qui l’a rejoint dans la gestion et l’animation de la société, notamment sur les nouvelles technologies et les réseaux. C’est aussi de continuer à développer un réseau qualitatif, tout en préservant les intérêts des distributeurs déjà existants. Et puis, ce sont de nouvelles recettes, qui trottent dans la tête de Corinne. Des associations de saveurs tout aussi étonnantes et traditionnelles que celles de 'L'apéritif du coing'.

Pierre Nicolas, CLP


Fruits & légumesGuimety coing beaumont ventoux apéritif maison gelée sirop pâtes fruit pétillant