Amandier : le certificat de bonne conduite

Publié le 30 août 2021

Lors de la visite technique du 16 juin dernier, chez André Pinatel, aux Mées, les participants ont pu découvrir l'intérêt de la taille en vert, illustrer dans des vergers en 2e et 3e feuille. (© CA 13)

En amandier, la formation des jeunes arbres conditionne le rendement, notamment sur les premières années de production. Pour illustrer cette règle, le 16 juin dernier, une visite de plusieurs vergers de jeunes amandiers, organisé par Jean-Michel Montagnon, de la Chambre d’agriculture 13, a permis de montrer tout l’intérêt de la 'taille en vert', pour une production rapide et importante.

Le verger d’amandiers d’André et Frédéric Pinatel, aux Mées, n’est pas difficile à identifier. Il est vigoureux, bien équilibré (4 charpentières en moyenne par arbre) et les branches ploient sous le poids des fruits.

La taille en vert des jeunes amandiers se fait dès la première feuille, entre mai et juin selon la vigueur des jeunes pousses.À ce stade, la priorité est de choisir les 4 à 5 futures charpentières et les épointer pour les rigidifier (notamment sur des variétés au bois très souple comme Lauranne®). Sélectionner des rameaux vigoureux et droits car en amandier, une branche légèrement couchée ne se redresse pas. Les quatre à cinq rameaux choisis doivent être bien répartis pour occuper l’espace (l’idéal serait d’avoir deux fois deux branches opposées). Si on ne dispose que de une à deux branches droites et vigoureuses, mieux vaut les rabattre pour générer une nouvelle ramification.

Le fait de ne laisser que quatre à cinq futures charpentières par gobelet est un choix assumé. Cela permet une meilleure croissance de l’arbre car l’énergie n’est dispensée que dans les rameaux que l’on a choisis. Il permet aussi de favoriser une bonne pénétration de la lumière dans le bas de l’arbre. Rappelons-nous que l’amandier est ultra-sensible au dégarnissement des rameaux et donc à la perte de production. La visite du 16 juin avait aussi pour objectif de montrer les résultats concrets de ce choix sur la première année de production. Les photos le montrent, la charge est forte (on attend le rendement exact pour fin aout) mais comme le dit Virginie Eymard, la responsable technique : "Ce serait difficile d’en mettre plus".

Et c’est tout ?

Pas tout à fait ! Le choix précoce des charpentières permet bien sûr une croissance plus forte mais ne suffit pas à expliquer le bon potentiel de production. Celui-ci vient essentiellement du nombre important de branches latérales sélectionnées par le tailleur. Ces branches sont réparties dans toutes les directions et occupent l’espace entre 1 m et 1,80 m au-dessus du sol. Elles ont l’avantage de produire beaucoup dès la 3ème feuille et garderont ce potentiel de rendement pendant des années. Le petit plus, la stratégie innovante qui a été appliquée au domaine Salvator (et chez d’autres producteurs accompagnés sur le plan technique) est d’épointer en vert ces rameaux en 2e feuille. Cela a un double avantage très apprécié : les branches ne s’affaissent plus (ce qui permet de passer avec la corolle de récolte) et la production pour l’année suivant « s’installe » à l’arrière de la coupe.

En synthèse, et sans rentrer plus avant dans tous les détails qui ont été discutés le 16 juin, la taille en vert est un outil formidable au service des amandiculteurs. Question rentabilité, le passage en vert sur les 2èmes feuilles a nécessité 13 h/ha. Un chiffre relativement intéressant qui s’explique par le fait que le personnel a été formé avec des consignes claires et hiérarchisées : "Tu commences par les charpentières, puis l’intérieur de l’arbre, puis les latérales".Tous ces points ont été au centre des débats lors des visites du 16 juin au domaine Salvator et chez Laurent Richaud. Merci à ces producteurs pour leur accueil et leur contribution aux échanges.

Pour tout contact : Jean-Michel Montagnon, conseiller en amandiculture, Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône, 06 30 51 43 99, jm.montagnon@bouches-du-rhone.chambagri.fr.


Formation et information

La Chambre d’agriculture 13 se mobilise au niveau régional pour vous accompagner sur vos projets amandiers. Au-delà de cet appui individuel, une formation « spéciale amandiers » est organisée chaque année en janvier à destination des amandiculteurs ou futurs amandiculteurs (se renseigner auprès du service formation de la CA 13, (04 42 23 86 22 / 06 73 27 83 81). En bonus, une présentation technico-économique aura lieu le samedi 10 septembre à la mairie d’Alleins.



Expliquer, c’est bien. Prendre un sécateur, c’est mieux et ça alimente les débats ! (© CA 13)

Fruits & légumesAmande taille vert montagnon chambre agriculture filière