Ail de Piolenc : L’AOP en ligne de mire pour 2019

Publié le 25 mars 2019

Les membres de l'association des producteurs d'ail de Piolenc autour de leur président, Stéphane Massonnet.

La troisième assemblée générale de l’Apap, association des producteurs d'ail de Piolenc, le 14 mars dernier, a montré une nouvelle fois le dynamisme de ses membres. Les six producteurs (sur dix) qui la composent travaillent sans relâche pour faire reconnaître la particularité du bulbe violet piolençois, dans la perspective d’un classement au label AOP, appellation d’origine protégée.

Le chemin est encore long avant de voir le logo AOP fleurir sur les aulx de Piolenc. Mais cela n’entame pas la détermination des producteurs, bien décidés à voir aboutir leur projet. Pour les épauler, ils viennent de recevoir un renfort apprécié : « Pour réaliser notre cahier des charges, grâce au Crédit Agricole Alpes Provence, nous venons d’intégrer, pour six mois, Grégoire Turpin, élève ingénieur de l’Isara de Lyon. Celui-ci, après la découverte des caractéristiques du terroir de Piolenc, réalise des visites chez les producteurs pour déterminer les pratiques de chaque exploitation. Toutefois, il est déjà acquis que le paillage en plastique biodégradable, la plantation à la main et la fertilisation apportent un vrai plus », rappelle le président, Stéphane Massonnet.

Celui-ci poursuit : « Avec notre partenaire, Top semences, un projet est à l’étude. Un essai de la variété Valdour (Lallemand Plant Care) est en cours de test sur trois hectares. Cet essai met en œuvre la chimie organique avec un plant mycorhizé et une bactérie pour améliorer la nutrition phosphate. Il est réalisé sur deux types de sols : une parcelle argileuse et une parcelle sablonneuse. Les résultats seront connus fin mai, début juin. L'intérêt de cet essai est écologique, par rapport à la réduction des engrais ».

Dossier déposé fin 2019.

Outre les variétés, la particularité du terroir est la clé d’un classement en AOP : « L’influence du mistral, de l’ensoleillement, mais aussi de la nature des sols – nous avons rencontré le géologue Georges Truc  – participent à la qualité de l’ail de Piolenc », ajoute le président. Le conseiller de la banque verte, Éric Barraud, chargé de la valorisation des produits du terroir, précise : « À ce stade, il serait intéressant de contacter l’INAO. Si la particularité évidente du terroir de Piolenc ne pose pas problème, il faudrait montrer maintenant qu’un petit groupe peut gérer une ODG ». Dans cette perspective, le président programme une rencontre avec l’INAO et fixe la date de dépôt du dossier AOP pour fin 2019.

Toutes ces actions sont dans la ligne droite d’une année 2018 bien chargée, marquée notamment par la participation à la première réunion organisée par la Chambre régionale d'agriculture et Coop de France, composée d’un collectif de petits producteurs, « une démarche qui permet de capitaliser sur l'expérience des autres ». Le président rappelle ensuite brièvement les différentes activités passées : visite de Bruxelles à l'invitation du député européen croate en charge des IGP AOP, arrivée de l'ail nouveau 2018, signalisation du trail en direct avec des affichettes et toujours la communication intensive sur Facebook, radio, presse, ainsi que la participation aux différentes fêtes locales… des initiatives saluées par le maire de Piolenc, Louis Driey, qui se réjouit de la bonne marche de l'association : « Les jeunes sont en pleine action ! Vous vous êtes fédérés car vous avez compris que seul on ne peut rien faire. D'ailleurs, le canton de Piolenc et celui qui accueille le plus de jeunes agriculteurs dans le département, cela lui donne un grand dynamisme ! ».

Mais Stéphane Massonnet n'oublie pas le nerf de la guerre et les résultats économiques : « En 2018, toute la production a été écoulée, soit 500 tonnes sur 70 hectares exploités. Ce fut une bonne campagne », lance-t-il avant d’aborder le sujet des emballages, les caisses, le logo, et la communication uniforme, rappelant que le conditionnement 2 kg est valable « uniquement pour les foires », la grande distribution « préférant le carton ».

Francis Pabst, CLP


Fruits & légumesAil piolenc AOP INAO