Agrilocal : 'Au pré de l’assiette' pour une alimentation saine et locale

Publié le 26 octobre 2021

Le lancement de l’opération s’est tenu lundi 11 octobre au collège Denis Diderot, à Sorgues. (© ML)

La 5e édition de la semaine Agrilocal 'Au pré de l’assiette' s’est tenue cette semaine dans toute la France. Dans le Vaucluse, sept collèges et deux communes ont accepté de jouer le jeu de l’éducation au goût.

Depuis lundi, sept collèges et deux communes se sont lancés dans la semaine Agrilocal, à l’occasion de la 32semaine du goût. Avec l’objectif de cuisiner un produit local par jour ou un repas 100 % local dans la semaine, les chefs des différents établissements se sont prêtés au jeu pour nourrir les 1 600 collégiens et 2 600 élèves des écoles primaires. "Je suis dans la production plus que dans les bureaux. Mais j’ai accepté de me mettre à utiliser la plateforme Agrilocal pour commencer à introduire des produits locaux dans nos plats. Cette semaine, il y aura du petit épeautre, de la carotte, des lasagnes composées de tomates du coin. On s’y met petit à petit", explique Stéphane Gregoris, chef de cuisine au collège Denis Diderot, à Sorgues, qui lançait l’opération.

Un jeu-concours était ainsi organisé dans les différents collèges du département, à l’heure du déjeuner. Les jeunes ont pu glisser leur nom dans une urne, afin de gagner le livre de recettes 'Cuisiner local à la maison', offert par l’association Agrilocal, ainsi que des cagettes gourmandes offertes par le Conseil départemental et le Comité de promotion des produits du Vaucluse. À l’intérieur, du safran, des berlingots de Carpentras, de l’ail de Piolenc, des chips de pommes de terre de Pertuis ou encore du jus de raisin Muscat AOC du Ventoux attendaient les enfants. À la vue du paquet de petit épeautre, certains se détournent, laissant s’échapper un "Beurk" non dissimulé. Pourtant, les assiettes vides du repas de lundi témoignent du contraire. "On voyait qu’ils avaient faim et envie de manger. Pourtant, je n’en connais pas beaucoup des enfants qui aiment le petit épeautre. Là, ils sont régalés", s’exclame Lionel Martin, du Département.

Un rôle non négligeable dans l’éducation au goût

Engagée dans le choix de la qualité, de la proximité et du dynamisme du territoire, l’association Agrilocal appelle les collectivités à "ne pas céder au seul diktat du prix". Au collège Denis Diderot, la restauration collective est déjà engagée dans une démarche d’éducation au goût, mais souhaite aller plus loin. "Ici, on prépare beaucoup, on n’ouvre pas des boîtes. Nous organisons la semaine du goût, dans laquelle s’inscrit l’opération 'Au pré de l’assiette', mais aussi des semaines thématiques tout au long de l’année. C’est une action importante dans l’éducation qui fait partie de notre rôle", rappelle la principale du collège.

"Le Vaucluse est le premier département agricole de la région, c’est un devoir pour nous de faire la promotion des productions locales", affirme Christian Mounier, vice-président du Conseil départemental délégué à l’agriculture, l’eau et l’alimentation. "Nous participons à cet outil depuis 2014, et nous nous devons d’apprendre aux nouvelles générations à déguster ces produits frais et locaux, afin d’ancrer une habitude de consommation la plus saine et vertueuse possible", poursuit-il. Antérieure au Plan alimentaire territoriale (PAT) du Vaucluse, la semaine Agrilocal, ainsi que la plateforme vauclusienne, continueront de servir de levier d’action à l’avenir dans la promotion des produits de terroir et la lutte contre la précarité alimentaire.

Manon Lallemand


OPA - Serv. publicsChambre d'agricultureAgrilocal semaine goût collège chef primaire cuisine piolenc pertuis ventoux carpentras