3e Édition de Vin’Arôme : les JA investissent le théâtre antique

Publié le 10 janvier 2022

Le théâtre antique d'orange a accueilli, du 17 au 19 décembre dernier, la 3e édition de Vin'Arôme, organisée par les Jeunes agriculteurs de Vaucluse. (© FP)

Surmonter la chaleur en mai 2018, se mettre à couvert pour éviter la tempête en 2019, s’abstenir en 2020 à cause de la pandémie et, enfin, tenter de briser la glace des frimas des 17, 18 et 19 décembre 2021. Voilà les défis que les jeunes vignerons ont dû relever pour tenir salon et faire connaître leur production. Vin’Arôme, nommé Rhône Éclat en 2018, s’est tenu sur la très grande scène du théâtre antique d’Orange.

On le sait depuis toujours, la mise en scène est un art éphémère et complexe. Quand, de surcroît, elle se passe sur le lieu exact des spectacles mythiques des Chorégies, cela oblige et encore davantage en temps covidé plus que compliqué. Toutefois, les Jeunes vignerons de Vaucluse ont tenu bon, multiplié les réunions depuis six mois, et planté leurs chapiteaux blancs au pied des pierres multiséculaires du théâtre antique d'Orange. Pour cette troisième édition, pas moins de 40 stands avec 38 vignerons venus de toute l’appellation de la Vallée du Rhône, qu’ils soient septentrionaux ou méridionaux ont ainsi été dressés du 17 au 19 décembre dernier.

Il faut dire que l'enjeu était important : le salon tombait un week-end particulièrement festif, le dernier avant Noël, et il y avait du monde dans toute la ville pour la parade des voitures, les motos illuminées et le feu d’artifice. Cette année, après la chaleur et le vent des éditions précédentes, c’était au tour du froid : "Je n’allais pas rater cet évènement, on est en hiver après-tout" lance un dégustateur qui tempère : "Je suis venu vers midi pour capter les rayons du soleil puisqu’il fait beau temps, mais en fait le soleil reste caché derrière la colline… Heureusement avec le masque, on a le nez au chaud, c’est déjà ça…". Garder le sourire, malgré tout…

D'ailleurs, les exposants ont affiché, trois jours durant, un optimisme à toute épreuve, emmitouflés dans leurs doudounes, souriants et avenants. Le dynamisme de la profession a permis, une fois encore, de faire connaître la production des Jeunes vignerons. Ils représentaient 80 % des exposants, et comme le précise Yoann Virot, organisateur du salon, l’objectif est atteint : "Cette troisième édition s’est terminée en beauté dimanche soir, la météo était au rendez-vous. Durant ces trois jours, près de 1 500 personnes se sont déplacées pour déguster les vins des 38 exposants. Le salon a été ponctué par un feu d’artifice tiré par la ville d’Orange depuis le toit du Théâtre antique, le samedi soir. Les Jeunes Agriculteurs de Vaucluse, ainsi que la ville d’Orange, partenaire historique du salon, sont donc très satisfaits du bilan et reviendront bien entendu l’année prochaine avec plein de nouveautés !" Rendez-vous est donc pris.

Des premières fois

Au hasard des stands, on trouvait le Domaine de Cassan, à Beaumes-de-Venise, présent pour la première fois au salon. "Je suis vigneron indépendant. Notre domaine, disposé en gradins, est situé dans les dentelles de Montmirail, avec un micro-climat protecteur. Nous travaillons des beaumes-de-venise rouge un côte-du-rhône blanc et rosé, et également un rouge en Ventoux, sur le territoire de Modène".

À quelques pas, la famille Reynaud de Beaumes-de-Transit (26), pour la première fois au salon : "Je suis la quatrième génération de vignerons. Mon père a créé ce domaine il y a 32 ans, je l’ai repris il y a trois ans. Nous sommes en bio depuis 1998. Je suis les traces de mon père : je garde les modes de vinification et les mêmes cuvées composées de deux appellations : principalement Grignan-les-Adhémar, où se trouve le domaine, et des Côtes du Rhône Villages Visan et Suze-la-Rousse. Je fais partie des JA Drôme, canton de Tulette, depuis six ans. C’est bien de venir ici : on rencontre nos voisins, il y a aussi de l'événementiel, de l’entraide, tout me plaît", raconte Gaël Reynaud.

De l’autre côté de l’allée, c’est Élodie Pitot, du Mas des Cabrettes en appellation Duché d’Uzès (30). Pour la première fois aussi au salon : "Nous sommes situés en basses Cévennes, entre Anduze et Quissac. Nous élaborons dans les trois couleurs l’IGP Cévennes et l’AOP Duché d’Uzès. J’ai souhaité venir au salon pour faire connaître mes vins dans la Vallée du Rhône, avec mes cuvées 2021 qui viennent juste de sortir. Nous avons des cépages qui ne sont pas très présents ici, comme le sauvignon, le vermentino. Les vignes de notre rouge sont travaillées avec un cheval, la récolte est manuelle avec des vieux carignans que l’on retrouve à 100 % dans notre cuvée 'Ulysse'".

Enfin, voici le stand du Domaine des Combat (famille Combat), qui possède 22 hectares de vignes en Crozes Hermitage : "Notre domaine a été créé en 2017. Mais mon arrière-grand-père, Louis Combat, était l’un des fondateurs de la cave coopérative de Tain l’Hermitage. Mon père a continué, mais nous avons souhaité nous installer et élaborer notre propre vin. Pour aller au bout des choses, nous nous sommes lancés en 2017, année de notre premier millésime. Le Domaine est actuellement en Haute valeur environnementale, et nous allons commencer la conversion bio l’an prochain. Nous venons depuis le début au salon. Notre particularité, c’est le duo père fille !"

Francis Pabst, CLP


OPA - Serv. publicsSyndicalismeJA orange vin arôme installation viticulteur dégustation