24e Ban des vendanges : les vendanges sont lancées !

Publié le 09 septembre 2019

Grands et petits sont unanimes : le raisin tout frais pressé, c’est super bon !

Dans une grande convivialité, les Compagnons des Côtes du Rhône, les producteurs et l'interprofession, ont hissé, à nouveau, le pavillon de l'excellence, lors de la 24e édition du ‘Ban des vendanges’ dans la capitale des Côtes du Rhône. Samedi dernier, le Rocher des Doms est envahi par plus de 10 000 amoureux des Côtes du Rhône et amateurs de produits du terroir. Une grande fête populaire aux couleurs rouge, blanc, rose.

Alors que l'orage fait rage sur Orange, les confréries bachiques sortent de la cathédrale Notre-Dame des Doms, vers 19 heures, pour rejoindre le célèbre rocher avignonnais. Le vent et la pluie soulèvent les bannières, et chacun regarde le ciel menaçant, espérant que les quelques gouttes qui tombent ne soient pas annonciatrices d'un déluge. En tête de cortège, André Gabriel – professeur de musiques traditionnelles : galoubet et tambourin – fait tinter le carillon des Côtes du Rhône et ses neuf cloches. Ces dernières portent le nom des neuf villes capitales européennes de la culture en l'an 2000, ainsi que neuf cépages des Côtes du Rhône. Sur le rocher, les jeunes vignerons de Saint-Roman-de-Malegarde pressent les grappes de raisin et font déguster le nectar sucré.

L’instant est sacré : les confréries ont pris place devant l'estrade où sera proclamé le ban, dans quelques minutes. Lirac, la Compagnie de la Côte du Rhône Gardoise, les Terroirs d’Avignon, la Commanderie des Côtes du Rhône, l’Enclave des Papes, Tavel, Séguret, Visan, Villedieu, Caromb... Tout le monde se presse et Louis Buzançais, président des Compagnons des Côtes du Rhône, accueille les personnalités : le préfet de Vaucluse, Bertrand Gaume, la maire d’Avignon, Cécile Helle, le sénateur, Alain Dufaut, le représentant du Conseil départemental, Christian Mounier, du Conseil régional, Michel Bissière, sans oublier le président d’Inter-Rhône, Michel Chapoutier.

Constat partagé.

On apporte alors les raisins du nouveau millésime. Après avoir goûté, le verdict du président d'Inter-Rhône tombe : « C'est sucré, c'est sec. C'est une année difficile. Il n'y a pas eu assez de pluie. Les baies sont toutes petites. Il n'y en aura pas pour tout le monde ! ». Et le constat est partagé par tous les autres goûteurs, qui confirment la petitesse des baies, la teneur en sucre très caractérisée, alors qu’est venu le temps de vendanger. Le ban est alors proclamé en mémoire d'André Tournillon, qui avait l'habitude de la dire en provençal : « Voici venu le temps de la vendange. Que Dieu bénisse le labeur des vignerons. Qu’un vin généreux emplisse nos chais et que, par lui, l’homme parle à l’homme »… Après la proclamation – en plusieurs langues, y compris en latin – par le chanoine de la cathédrale, Daniel Bréhier, la traditionnelle ‘Coupo santo’ clôt la cérémonie.

Dès lors, les stands de restauration sont assiégés par une foule joyeuse et décontractée. Il faut faire la queue pour déguster les tartes salées et sucrées de la maison Jouvaud, la brouillade aux truffes noires du Ventoux, les foies gras du Domaine Saint-Martin, les supions à la provençale, les huîtres, tielles et autres brandades du ‘Jardin des coquillages’, ou l'apéro provençal et ses tapenades, caviars de tomates et pissaladières, sans compter les charcuteries de l'Étable montilienne et les assiettes de fromages à foison.

Une fête « formidable ».

L’ambiance est telle qu’il n’y a pas assez de tables pour tous ; les escaliers, les pelouses accueillent un pique-nique géant et chacun déguste, comme il peut, les spécialités de son choix, arrosées (avec modération mais non sans délectation) des cuvées sélectionnées par les Compagnons : un laudun rouge, un sainte-cécile-les-vignes blanc et un vinsobres rosé.

Parmi les milliers de convives – dont de nombreux vacanciers et touristes – un groupe venu d'outre Durance (Châteaurenard et Maillane) accompagné d'une Parisienne : « Nous venons pour la première fois. Mais ce n'est pas la dernière ! C'est vraiment une fête formidable ».

Finalement, l'orage a épargné la fête, mais aussi hélas, beaucoup de vignes assoiffées… En attendant la 25e édition, le 29 août 2020, la fête continue dans une ambiance familiale tard dans la nuit, au son enfiévré des ‘Dukes’.

Francis Pabst, CLP


ViticultureVendange ban compagnons millésime côtes du rhône