Vignerons du Mont Ventoux : Quand la cave révèle ses secrets

Publié le 21 décembre 2016

Découverte de la nouvelle chaine d’embouteillage, le dernier des investissements de la cave coopérative. (© P.Nicolas)

La cave coopérative des Vignerons du Mont Ventoux, à Bedoin, a accueilli plus de 130 personnes à l’occasion de ses portes-ouvertes fin novembre. Un rendez-vous toujours apprécié du grand public, qui aime découvrir les secrets de fabrication, et déambuler dans les méandres de la cave, des conquêts jusqu’à la mise en bouteilles.

C’est devenu une sorte de tradition, chez les Vignerons du Mont Ventoux à Bedoin : le jour des primeurs est aussi celui d’une journée portes-ouvertes ; ou plutôt d’une journée cave ouverte, puisque c’est un véritable parcours de découverte de la fabrication des vins que proposent les coopérateurs.

Une tradition de plus en plus fréquentée, puisque cette année, pas moins de 130 personnes se sont inscrites pour cette visite guidée de la cave. L’organisation est tracée au cordeau, et après un court mot de bienvenue, le président des VMV, Yves Favier, donne le signal de départ de la première visite. Le guide n’est autre que Philippe Anrès, vice-président du conseil d’administration.

Du raisin à la bouteille.

La visite se fait en suivant le parcours du raisin, puis du vin. On commence donc par les impressionnants conquêts de réception, et les premières analyses réalisées sur l’état de la vendange. Puis, on se dirige vers les cuves auto-vidantes, avant de rentrer dans la cave elle-même. Philippe Anrès n’en est pas à sa première visite, il maîtrise son rôle à la perfection, alliant pédagogie et humour, veillant soigneusement à ce que le groupe d’une vingtaine de personnes ne se blesse pas dans les méandres de la cave. Il prend soin également de valoriser les salariés de la cave présents tout au long de la visite, qui apportent de temps à autre quelques éclairages techniques.

Dégustation en haut des cuves.

L’intérêt de faire une journée portes-ouvertes à l’occasion des primeurs est que l’on peut faire déguster aux visiteurs les premières extractions de cuve. Au sommet de l’une des travées de la cave, des tables sur tréteaux ont été installées. Là, les participants découvrent avec beaucoup d’intérêt - et parfois un peu de prudence - des jus qui ne sont pas encore complètement des vins, avec les commentaires éclairés du coopérateur et des techniciens de la cave. La dimension alchimique du vin prend alors tout son sens. Les mots du vin - fruit, tanin, fermentation malo-lactique - prennent corps, deviennent presque concrets.

Le rythme de l’embouteillage.

L’avant-dernière étape de cette visite très complète se déroule dans un bâtiment voisin : il s’agit de la chaine d’embouteillage, le dernier des investissements de la cave coopérative. Philippe Anrès fait une présentation globale de cette unité avant d’entrer, car à l’intérieur le vacarme est considérable. Et c’est par contre peut-être là que l’on ressent le mieux la dimension économique d’une union de coopérateurs, dans le rythme soutenu de production de cols remplis, étiquetés, bouchonnés, et préparés pour leur expédition.

En sortant de cette visite, au bout de presque une heure, les participants sont de nouveau accueillis par Yves Favier, dans l’espace dégustation du caveau, pour y découvrir les primeurs, mais aussi les autres vins de la coopérative. Nombre de visiteurs repartent les bras chargés. Et d’autres sont revenus, le soir, pour la chaleureuse soirée primeurs organisée devant le caveau, où l’on a pu déguster les vins de l’année, accompagnés des délicieuses viandes et charcuteries de l’Etable Montilienne.

Pierre Nicolas, CLP


ViticultureVentouxBedoin Ventoux Vignerons

?