Sault : Une meilleure année pour la lavande

Publié le 06 septembre 2018

Cette année, la récolte de lavande s'annonce prometteuse, même si les résultats sont hétérogènes en fonction des zones de production.

Contrairement à l’année dernière, la fête de la Lavande, cette année, a eu lieu en plein dans la récolte. Pour la plus grande satisfaction des producteurs, heureux de revenir à une campagne à peu près normale. La fête, elle, a rencontré son succès habituel, avec plus de 20 faucille000 visiteurs.

Cette année, le 15 août, date traditionnelle de la fête de la lavande depuis 33 ans, tombait un mercredi, en pleine semaine. Et d’ailleurs, la fête de la Lavande, elle aussi, tombait en plein dans la récolte. Mais personne ne semblait trop s’en plaindre, sur l’hippodrome du Deffend, à Sault, en cette belle journée de fête.

Car en 2017, le manque d’eau avait donné à la récolte plus de 3 semaines d’avance, et des quantités sérieusement à la baisse. Mais cette année, les choses s’annoncent mieux, même si les résultats sont contrastés. Parmi les lavandiculteurs qui ont installé leurs stands, à l’ombre des pins de l’hippodrome, la satisfaction est unanime. « On a une récolte plus importante », estime Claire Liardet, installée au Ventouret, un hameau de Sault. Sylvie Bonnet, elle aussi à Sault, partage cette analyse. « Nous avons commencé la récolte il y a trois semaines, il nous reste encore quelques jours de travail. C’est pour cela que mon mari, Eric, est resté à l’exploitation, tandis que moi je suis venu ici présenté nos produits ».

Jonathan Mourard, président de l’association Lavandes en Fête, a pour sa part commencé la campagne le 18 juillet. « Il me reste encore une grosse semaine pour finir de récolter, après la fête. A titre personnel, je suis très satisfait du lavandin, un peu plus déçu côté lavande fine. Mais globalement, on a cette année une récole correcte. »

Public familial et touristique

C’est donc l’esprit plus léger qu’il s’est attelé, depuis quelques jours, à la préparation de la 33e édition de la fête de la lavande, à la tête de son équipe d’une petite centaine de bénévoles. Fête éminemment traditionnelle, dont le programme n’évolue que peu au fil des ans – la fête de la Lavande n’en rencontre pas moins, chaque année, un succès considérable.

Il faut dire que l’organisation est soignée : à la sortie de Sault, des parkings permettent de garer les voitures, tandis que cinq cars font navette en permanence, depuis le petit centre commercial situé à la sortie du village, jusqu’à l’hippodrome du Deffends. Sur place, tout est prévu pour accueillir les visiteurs : une buvette pour se rafraichir, un fléchage précis, un pavillon d’accueil, et l’ombre bienfaisante des pins.

Le public se presse donc nombreux. Beaucoup de familles, avec enfants, qui peuvent courir en toute sécurité dans ces grands espaces. Beaucoup de touristes aussi, et notamment venus du Sud-Est asiatique, que l’on sait friand des huiles, parfum et savons à base de lavande. Et puis, énormément de photographes.

Le plein de belles images

Car entre les défilés des associations de sauvegarde des traditions provençales, en costumes complets, et celles qui collectionne vélos, attelages, tracteurs anciens ou autres engins agricoles, il y a de quoi s’en donner à cœur joie. Gérard Luc, l’animateur de la fête, a donc fort à faire pendant le défilé, car tout le monde se met au milieu du chemin pour prendre la photo qui va bien, avec son téléphone ou un appareil. « Mesdames et messieurs, s’il vous plait, laissez passer le défilé ! » doit-il répéter inlassablement.

Dans le village des stands, sous les pins, on trouve donc de la lavande, vendue directement par les producteurs, mais aussi quelques produits dérivés de toutes sortes. Un peu plus loin, des artistes sont installés : peintres, fabricants de bijoux, et même un caricaturiste. Presque en face de la scène, une vingtaine d’auteurs locaux signent des dédicaces, avec plus ou moins de succès.

1700 repas et 38 coupeurs de lavande

La fête connaît deux temps forts. Le premier se déroule le matin, à la fraîche : c’est le championnat de France de coupe de lavande à la faucille. Il y a deux catégorie : les amateurs, où l’on retrouve essentiellement des touristes. Cette année, ils sont 24 à s’affronter amicalement, jugé sur le poids de lavande coupé, et sur la qualité de la coupe. Puis il y a les pros, ceux qui ont un jour ou l’autre coupé de la lavande pour gagner leur vie. Parmi eux, un élu bien connu du monde agricole : Max Raspail, maire de Blauvac et conseiller départemental. Né à Revest du Bion, il a coupé de la lavande tous les ans, de 8 ans à son départ en apprentissage, à 16 ans. « C’est un peu dur, à mon âge, de se baisser, mais pour ce qui est du geste, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas ! » L’élu terminera 12e du concours, mais en ayant ramassé 16 kilos – et en étant félicité pour la qualité de sa coupe.

A midi, derrière les tribunes de l’hippodrome, les bénévoles de Lavandes en Fête s’activent, pour servir le repas acheté par 1400 visiteurs, et offert aux 300 exposants et bénévoles. C’est l’autre grande tradition de la fête, qui reprendra son cours l’après midi, avec toujours les défilés des associations traditionnelles, et le village des stands.

En toute fin de journée, une nouveauté pourtant cette année : un concert, sur la petite estrade qui a servi à remettre les récompenses aux concurrents du championnat de France de coupe. Le groupe de musique Dos Amigos, qui jusque là jouait dans l’après-midi, fait « guincher » une bonne centaine de spectateurs, tandis que les exposants démontent les stands. Encore une bonne édition pour la fête de la Lavande, et cette fois, avec l’esprit plus léger pour les lavandiculteurs.

Pierre Nicolas, CLP


Autres productionsPpamLavande sault