Saint-Didier : Un nouveau pari pour La Courtoise

Publié le 19 novembre 2016

Pierre Gabert, maire de Pernes, Gilles Vève président de Clauvallis, Alain Dufaut sénateur, Christian Mounier, conseiller départemental, Jacqueline Bouyac, conseillère régionale, et Jean-François Moniotte sous-préfet de Carpentras.©F.P.

Le nouveau caveau de la cave La Courtoise de Saint-Didier, ouvert depuis début juillet, baptisé Clauvallis a été officiellement inauguré le samedi 12 novembre dernier, en présence du sous-préfet de Carpentras et d'une foule impressionnante.

Le soleil est éclatant, mais malgré l'emprise d'un air fort frisquet, des centaines de personnes s’agglutinent devant le nouveau caveau, resplendissant, dominant les tables dressées dehors pour le buffet. C'est l'événement de cette fin d'automne que le Ventoux proche regarde avec bienveillance du haut de sa cime enneigée. Chacun, du coopérateur à l'élu, a tenu à être là pour marquer de sa présence la nouvelle identité de la cave.

Sur l'estrade, au milieu des personnalités communales, départementales et nationales, Gilles Vève, président de la cave et maire de Saint-Didier s'adresse à tous : « Non, la cave n'a pas été rachetée » lance-t-il en forme de boutade : « Certains l'ont cru en voyant sa métamorphose. Oui, elle a été radicalement transformée, mais depuis 90 ans elle est toujours aux mains des vignerons paysans. Notre histoire dure depuis le 7 décembre 1924, où ce jour-là sept viticulteurs – Marcel Jean, Léonce Jouvent, Charles Bec, Joseph Ghabaud, François Forest, Marceau Lazare et Maurice Comilont – ont convoqué 150 autres producteurs pour une assemblée générale constitutive ».

Le président poursuit : « Déjà, dans les années 80, mon prédécesseur avait compris l'intérêt de la vente directe. Ce mode de commercialisation a pris beaucoup d'importance, il a permis de résister et d'être encore là aujourd'hui. Maintenant, pour développer cette vente directe, nous avons voulu nous doter d'un nouveau caveau pour passer un nouveau cap, avec un outil moderne et adapté aux clients d'aujourd'hui » explique Gilles Vève.

Un nouvel outil performant

Les travaux se sont élevés à 967 000 € HT, avec une subvention de FranceAgriMer de 71 000 €, un prêt du Crédit Mutuel et un crédit de trésorerie du Crédit Agricole. Le président revient sur deux éléments pour mieux comprendre cet important investissement : « C'est un pari sur l'avenir. Nos exploitations, certes sont mixtes, mais le vin a toute sa place. À l'époque de la création aussi, les sept fondateurs ont réalisé un pari et la cave est toujours là. Pari aussi sur le modèle coopératif, plein d'avenir. Quant à la cave La Courtoise, elle est là en back-office, Clauvallis commercialise avec son nouvel outil performant. Son nom vient de celui de Vallis Clausa*, inversé ».

Christian Mounier, conseiller départemental chargé de l'agriculture se souvient : « Que de chemin parcouru depuis une vingtaine d'années ! Vous avez compris qu'il fallait relier les producteurs et les consommateurs ». Et rappelle : « L'une des missions de notre département, c'est de promouvoir notre terroir et continuer à installer des jeunes et faire de l'aménagement foncier ».

Jean-François Moniotte, sous-préfet de Carpentras félicite pour sa part « l'ensemble des coopérateurs pour ce magnifique équipement. J'avais vu la cave avant les travaux, le changement est considérable et l'augmentation de la fréquentation, depuis l'été 2016, est remarquable. Les coopératives existent, pour certaines depuis 1906, et elles existent toujours. Le système coopératif est d'avenir. Je souhaite que les 90 prochaines années soient magnifiques ».

Avant de convier l'ensemble des participants à rejoindre le buffet, le président Gilles Vève tient à rappeler la mémoire de Laurent Cristianini, agriculteur de La-Roque-sur-Pernes « mort écrasé sous son tracteur en juin dernier. Cette journée est pour lui ».

Francis Pabst, CLP

*La vallée close de Fontaine de Vaucluse qui a donné son nom au département.


ViticultureVentouxClauvallis vin la courtoise saint-didier