POEC Semences : Une seconde session mobilisatrice

Publié le 21 mars 2018

La formation s’est clôturée le 23 février dernier par un rassemblement des 27 apprenants et des 7 entreprises semencières qui participaient au projet.

Après un galop d’essai en 2016-2017, une seconde session de la Préparation opérationnelle à l’emploi collective ‘Semences’ a été mise en place entre décembre et février 2018. Très concrète et opérationnelle, cette session a permis de former 27 personnes aux besoins de 7 entreprises semencières du bassin.

La Préparation opérationnelle à l’emploi collective (POEC) est une action de formation qui permet à plusieurs demandeurs d’emploi inscrits de bénéficier d’une formation nécessaire à l’acquisition des compétences requises pour occuper des emplois correspondant à des besoins identifiés par une branche professionnelle ou, par défaut, par le conseil d’administration d’un organisme paritaire collecteur agréé (OPCA). La POEC vise l’accès rapide à un emploi durable, sans être soumise à l’obligation de dépôt d’une offre d’emploi préalable à sa mise en œuvre. En région et pour la seconde année consécutive, des entreprises semencières se sont associées pour former de nouveaux salariés saisonniers.

« Après la réussite de la première édition du POEC ‘Ouvrier saisonnier en entreprise de semences’ il y a un an, trois nouvelles sociétés nous ont rejoints en 2017 : Enza Zaden, à Châteaurenard, Gautier Semences, à Eyrargues, et Sakata, à Uchaud. Nous avons ainsi pu former trois groupes de formation au lieu de deux : deux groupes ont été hébergés au lycée Pétrarque, en Avignon, le 3e au CFPPA de Nîmes-Rodilhan », explique Barbara Meyer, responsable de la formation.

Un secteur porteur.

Au total donc, 27 personnes, âgées entre 20 et 58 ans, ont ainsi été formées entre décembre 2017 et février 2018. « La formation de 9 semaines alterne deux périodes de stage, avec des cours et des formations sur le terrain. Le but du jeu est de donner à des personnes sans expérience une première vision du métier de saisonnier dans une entreprise de semences, surtout que le secteur est porteur, avec des entreprises en croissance qui n’arrivent pas toujours à satisfaire leurs besoins de main-d’œuvre qualifiée », complète Barbara Meyer qui espère qu’une 3e session verra le jour. Les certifications comme le Certiphyto ou le Caces, ainsi que le module ‘Travailler en équipe’ ont complété la formation et sont gages « d’une employabilité accrue », poursuit la responsable.

Dans tous les cas, pour la responsable, ces deux premières sessions sont « une réussite : nous avons réussi à faire travailler ensemble des entreprises naturellement concurrentes, grâce à l’appui de Terralia et de Pôle Emploi, qui assure le recrutement et une partie du financement, et du Fafsea, qui finance toute la pédagogie. Notre objectif est de proposer une formation très opérationnelle et concrète. L’alternance formation et stage rassure également les employeurs. Et du côté des formés, nous avons vu voir s’épanouir des personnes qui ont repris confiance en elle et retrouvé le goût de la formation. On est content ! »

Céline Zambujo


Fruits & légumesPOEC semences formations alternance