Plateforme Biocoop : Le géant français du bio s’implante à Noves

Publié le 20 novembre 2018

L’inauguration de la plateforme Sud-Est de Biocoop symbolise la concrétisation du futur pôle Bio du MIN de Provence.

L’implantation de l’enseigne à Noves marque le début de la concrétisation du MIN de Provence, projet qui fédère l’ensemble des acteurs économiques et politiques du territoire et intègre l’agriculture, l’agroalimentaire et la logistique.

La plateforme logistique Biocoop de Sorgues a réussi son transfert vers son nouveau site de Noves. Les bureaux et les marchandises viennent de déménager dans des bâtiments modernes et répondant aux normes environnementales actuelles. La capacité de la nouvelle structure gagne au passage 10 000 m² en passant de 18 000 à 28 000 m². Les 250 salariés ont, de leur côté, commencé à prendre de nouveaux repères dans des conditions de travail optimisées.

Cette nouvelle implantation de l’enseigne, plus en cohérence avec ses ambitions, est aussi emblématique. Elle marque le début de la concrétisation du nouveau MIN de Provence. Le projet fédère l’ensemble des acteurs économiques et politiques du territoire en intégrant l’agriculture, l’agroalimentaire et la logistique. Aussi l’installation de la nouvelle plateforme du réseau Biocoop pour le Sud-Est a été choisie à proximité des grands axes autoroutiers (A7 et A9) desservant le Sud de la France, et non loin de la gare d’Avignon. Ce positionnement géographique ciblé doit aussi faciliter selon une approche coordonnée le transport rail/route/fluvial.

Pour l’inauguration de la plateforme, le 5 novembre dernier, tous les élus locaux et régionaux de Terre de Provence, du Département et de la Région ont largement salué la dynamique collective qui a su se mettre en place pour accueillir l’enseigne. Pour sa part, Claude Gruffat président de Biocoop France, a lui « remercié les élus qui ont ouvert la route pour que cet ambitieux projet puisse voir le jour ici ». L’arrivée du groupe Biocoop sur le territoire c’est aussi celle « d’un acteur majeur dans l’achat et la distribution des produits bio », souligne Georges Jullien, le maire de Noves.

Une croissance à deux chiffres.

Avec 32 ans d’existence, Biocoop incarne une certaine dimension intégrée de la bio. « Nous sommes avant tout une coopérative d’acteurs avec quatre familles parties prenantes de la bio, à savoir 560 magasins, 20 groupements de producteurs dont deux situés dans la région – Solebio et Univert –, 400 salariés sociétaires et des associations des consommateurs », rappelle son président.

Le réseau Biocoop France qui prône un modèle agricole au plus près de la production et de la consommation représente une force économique avec « 70 magasins créés chaque année depuis trois ans, 1,1 milliards d’euros de chiffres d’affaires et une croissance de 13% sur l’exercice 2017 ». Elle devrait se situer autour des +10% cette année. Aussi voir « le numéro ‘un’ de la bio en France s’installer dans la zone d’activités des ‘Grands vignes’, c’est porteur de sens », souligne Michel Pécout, maire de Graveson et vice-président de Terre de Provence Agglomération. Les communes de Terre de Provence, comme le Département et la Région qui soutiennent le projet du MIN de Provence, souhaitent qu’avec cette implantation aujourd’hui, et demain l’arrivée d’autres opérateurs, la dynamisation du territoire se poursuive. Mais les attentes autour de cette implantation sont fortes. En aval de la filière, avec des débouchés commerciaux d’envergures en circuits courts et plus longs, mais aussi en amont.

Un maillage de l’offre à faire naître.

Accueillie avec beaucoup d’enthousiasme par les acteurs économiques et les collectivités du territoire, cette locomotive du futur MIN de Provence doit aussi potentiellement et naturellement booster l’agriculture du département. L’arrivée de Biocoop et la constitution d’un pôle ‘bio’, prévue dans la première phase du redéploiement du MIN, doit lancer toute une dynamique d’agrégations d’entreprises. Mais la profession agricole attend du projet global du MIN de Provence et de son pôle bio qu’ils favorisent, avant tout, les productions locales. C’est justement un des objectifs clairement affichés avec par les dirigeants du réseau avec ce nouveau projet sur Noves.

Militant sur la défense du prix juste et défenseur de la structuration de l’offre, Biocoop souhaite aussi continuer de travailler en local. « Dans notre stratégie d’approvisionnement nous voulons inciter la production régionale à se regrouper davantage. Pour que nous puissions répondre à la demande des consommateurs, nous devons faire naitre ce maillage indispensable pour notre fonctionnement sur le territoire », assure le président Claude Gruffat.

Emmanuel Delarue


OPA - Serv. publicsBiocoop plateforme Sud F&L