Le plan national dépérissement du vignoble

Publié le 27 octobre 2017

Les animateurs de groupe lors du séminaire de lancement du projet national 'Mobilisation et Innovation Vigneronne' les 2 et 3 avril à Orange. (©DR)

Les dépérissements du vignoble traduisent une baisse pluriannuelle de la productivité du cep et/ou sa mort prématurée, brutale ou progressive.

Les études réalisées en 2015 sur les causes de dépérissement de la vigne ont montré que les problèmes de perte de rendement ou de longévité ne se résumaient pas aux maladies du bois, mais comprenaient aussi de nombreux facteurs physiques (stress environnementaux), biologiques (virus, bactéries, champignons…), technico-économiques (pratiques viticoles, conseil, matériel végétal, …). Ces études ont abouti à la construction d'un plan de lutte contre ce dépérissement annoncé lors du SIA 2016. Le plan national dépérissement du vignoble s’organise autour de quatre ambitions complémentaires :

  • Promouvoir la formation et le transfert des bonnes pratiques ;
  • Production des plants en partenariat avec la pépinière viticole ;
  • Un réseau des observatoires du vignoble ;
  • Co-construire des programmes de recherche avec les équipes scientifiques.

L’intelligence collective pour lutter contre les dépérissements.

Le projet Mobilisation et Innovation Vigneronne s’inscrit dans de l’ambition 1 du plan national de dépérissement du vignoble. Il consiste en la création de groupes de progrès au service de l’innovation viticole pour lutter contre les dépérissements : 29 réseaux de viticulteurs seront mis en place dans trois bassins viticoles  pilotes  (Charentes,  Val  de  Loire,  Vallée  du  Rhône/Provence). Pour la Vallée du Rhône, ces réseaux seront animés par les Chambres d’agriculture de Vaucluse, de la Drôme, du Gard, du Var, des Bouches-du-Rhône et le syndicat des CDR.

Les viticulteurs seront au centre de cette réflexion. « Le but de ce projet est de remettre les viticulteurs au cœur de leurs préoccupations », explique Olivier Jacquet de la CA84, coordinateur du projet pour le bassin Sud-Est. « Ces groupes seront des lieux d’échanges sur leur perception et les problématiques de dépérissement, impactant notamment la longévité de leurs parcelles et leur potentiel de production. ». Et l’année 2017 n’est-elle pas la bonne année pour mettre en place ce projet ? « 2017 est une très petite récolte. Le déficit hydrique et la forte chaleur n’expliquent pas tout. Une partie de la récolte a été perdue à cause de la mortalité des ceps », rapporte Viviane Bécart, ingénieur viticole au Syndicat des CDR. « Les relevés de mortalité pour 2017 montrent un taux de perte de 3,5% des ceps sur le domaine expérimental du Syndicat des CDR, où les ceps ont une trentaine d’années.». 

A travers la mobilisation des vignerons, le projet vise à identifier les itinéraires techniques induisant peu ou pas de dépérissement, ainsi que des moyens de maintenir la productivité des parcelles. « L’expérience des vignerons associés à une vision transversale nous permettra de progresser », nous confie Didier Richy, conseiller viticole à la CA13. « Nous souhaitons inverser le schéma actuel de propositions descendantes : des « experts » vers les viticulteurs. La nouveauté de notre démarche est qu’elle se veut participative et démonstrative », confirme Isabelle Méjean, responsable technique à la CA 26.

Ces groupes sont ouverts à tous les vignerons volontaires et motivés pour participer à ce projet innovant. « L’intelligence collective sera mise au service du groupe de travail pour créer, innover, inventer des solutions, des outils ou mettre en place des expérimentations ciblées chez des vignerons », conclut Bernard Genevet, conseiller viticole à la CA30.

Si vous êtes intéressés pour participer à l’un de ces groupes,  prenez contact avec l’un des conseillers de la liste ci-dessous pour participer à ce projet, …Les groupes de progrès seront constitués avant la fin de l’année 2017.

Contact : antenne viticulture, Orange, tél. : 04 90 11 46 33, Pauline Garin, tél. : 06 88 20 87 15, Claire Fersing, tél. : 06 83 28 65 82, syndicat des CDR, Viviane Becart, tél. : 06 71 61 44 10


ViticultureDépérissement vigne plan