La fraise entre aussi en campagne

Publié le 24 mars 2017

Elus, représentants de l'Etat et de la grande distribution ont été reçu chez Jean-Christophe Bres, producteur de fraises et tomates à Mazan pour Rougeline. © M.S.

Des producteurs qui se sont associés, pour peser face à la grande distribution. Des produits de qualité, respectueux de l’environnement, et qui maintiennent de l’activité économique sur le territoire. À l’invitation de Coop de France Alpes-Méditerranée, élus et représentants de l’Etat et de la distribution sont allés déguster les premières fraises, chez Jean-Christophe Bres, producteur au sein de l’union de coopératives Les Paysans de Rougeline, qui travaillent depuis plusieurs années un packaging qui met en avant l’origine locale du produit, photo du producteur à l’appui.

Cette semaine, le printemps arrive et avec lui le début de la pleine saison de production des fraises. Vendredi 17 mars, Coop de France Alpes Méditerranée a voulu marquer le lancement de la campagne fraise, en invitant élus et représentants de l’Etat et de la FCD (Fédération du Commerce et de la Distribution), chez Jean-Christophe Bres. Pas moins de deux préfets, celui de Région, Stéphane Bouillon, et celui de Vaucluse, Bernard Gonzalez, avaient fait le déplacement, ainsi que le député, Julien Aubert, accueillis par le maire de Sarrians, Anne-Marie Bardet.
Jean-Christophe Bres est producteur de tomates et de fraises pour un total de 55 000 h/an, dont 20 000 h/an pour la fraise, « avec des variétés dites gustatives, à savoir la gariguette et la ciflorette ». Il réalise 1,7 million d’euros de chiffre d’affaires et fait partie du groupe ‘Les Paysans de Rougeline’. Son père fut l’un des fondateurs de la structure qui rassemble 4 coopératives, avec des producteurs sur l’ensemble du pourtour méditerranéen, des Pyrénées-Orientales jusqu’à la Drôme. 80% des salariés de son entreprise habitent à moins de 20 km. « Nous avons une vision sociale, technique – avec la culture hors sol –, et environnementale avec le recyclage. » En 2017, « nous nous lançons avec Rougeline vers une démarche 0 résidu de pesticides ».

Cultiver le groupe.

La production chez Jean-Christophe Bres est précoce, voire très précoce, à partir de fin février : « Quand les Parisiens partent au ski, nous démarrons les fraises ». La production se termine en juin, limitée par l’arrivée d’une trop forte chaleur, qui pénaliserait la qualité et la tenue du produit. La production hors sol, « nous permet surtout d’anticiper les volumes, ce qui est essentiel pour assurer la fraîcheur de ce produit, à la durée de vie limitée. L’idéal, c’est que Rougeline commercialise avant la récolte ». Sans la production hors sol, « il y aurait eu une baisse significative des volumes produits en France », ajoute Roland Racine.

Magali Sagnes


Fruits & légumesFraise Sarrians Rougeline Les Paysans de Rougeline Pardi Jean-Christopge Brès