Hauts de Provence Rhodanienne : Les diagnostics délivrent leurs premières informations

Publié le 27 octobre 2017

Depuis le dernier recensement général agricole de 2010, la part de surfaces viticole sur le territoire HPR est passée de 61,60% à 74%.

Durant l’hiver, la Chambre d’agriculture de Vaucluse va poursuivre ses investigations, afin de dimensionner le projet d’irrigation des Hauts de Provence Rhodanienne. Une première enquête réalisée cet été fait apparaître des besoins en irrigation pour 7470 ha. Les évaluations se poursuivre, afin d’affiner ces premiers chiffrages.

Le projet de territoire Hauts de Provence Rhodanienne est porté par la Chambre d’agriculture de Vaucluse, en partenariat avec la Chambre régionale Paca, la Safer Paca, sous le pilotage de la préfecture de Vaucluse. Il associe la Chambre d’agriculture de la Drôme, les organismes professionnels représentant les irrigants et les réseaux d’irrigation, et tous les acteurs institutionnels de la gestion de l’eau des deux régions Paca et Auvergne-Rhône-Alpes.

La mission du comité de pilotage du projet consiste à proposer des solutions d’adaptation au changement climatique, c’est-à-dire aux agriculteurs situés dans un périmètre comprenant trois bassins-versants affluents du Rhône, déficitaires en eau. « Le projet est innovant dans le sens où il est unique et inédit dans tout le bassin Rhône Méditerranée par l’ampleur de son périmètre (80 000 ha de SAU), par la mobilisation de nombreuses équipes au sein des Chambres, des OPA, des organismes de recherche (Irstea, Inra) », explique Mireille Brun, en charge du projet. Actuellement, la Chambre d’agriculture de Vaucluse mène les études qui comprennent : un diagnostic agricole approfondi, une enquête de besoins en eau, et des propositions d’adaptation par la modernisation des réseaux d’irrigation existant et/ou l’extension de réseaux d’irrigation à partir du fleuve Rhône. « L'urgence est de pouvoir dimensionner le projet pour l’inscrire dans la prochaine période de programmation des financements européens qui s’ouvre en 2020. »

Les premiers éléments issus du diagnostic agricole montrent que le territoire est très dynamique, et qu’il a perdu peu de terres par rapport aux autres territoires de Paca. En revanche, il s’est fortement spécialisé en viticulture, de 61 % à 74 %. Selon cette enquête, 67 % des exploitants agricoles de la zone ne sont pas satisfaits des équipements d’irrigation actuels (et parmi eux 47 % n’ont aucun accès à l’eau). Ainsi, une première évaluation des besoins en eau d’après cette enquête fait état de 7470 hapour lesquels les exploitants agricoles souhaiteraient un accès à l’eau. Cette évaluation va se poursuivre, en comparant les besoins théoriques avec les besoins exprimés par les exploitants agricoles. Des diagnostics ont également été réalisés auprès des ASA, associations d’irrigants. Cet hiver, des enquêtes plus détaillées dans des territoires prioritaires seront également conduites.

Contact : Mireille Brun, pôle Territoires Eau Environnement, tél. : 04 90 23 65 14, mireille.brun@vaucluse.chambagri.fr


HPR eau irrigation