Cerise de Vénasque : 40 ans, le bel âge

Publié le 13 avril 2018

En 2018, le Syndicat de la cerise des Monts de Venasque va rigidier le plateauy et lancer une nouvelle signature pour son 40e anniversaire.

À l’aube d’une campagne 2018, qui sera la 40e menée par le Syndicat de la Cerise des Monts de Vénasque, et le 20e de sa confrérie, ces deux structures tenaient leur assemblée générale il y a peu à Malemort-du-Comtat.

C’est dans l’un des villages historiques de la cerise des Monts de Vénasque, Malemort-du-Comtat, que s’est tenu l’assemblée générale du Syndicat de la cerise des Monts de Vénasque. Devant une assemblée d’une quarantaine de producteurs, Nicolas Auragnier, président du syndicat, a commencé par faire le point sur l’activité de l’année 2017, parmi les 38 adhérents du syndicat.

« Après un printemps précoce et un gel sévère fin avril, la saison 2017 a été très hétérogène selon les parcelles », a analysé Nicolas Auragnier. « Certaines ont été complètement ou partiellement détruites, alors que d’autres avaient de grosses charges. La récolte a débuté vers le 10 mai sur les parcelles les plus précoces. La qualité était là, mais l’irrégularité de production et la concurrence espagnole à bas prix a provoqué une pression sur le prix, en baisse de 2% par rapport à 2016 ». Fin juin, la Belge et la Regina ont bénéficié d’une belle météo, le marché était fluide, et la Monts de Vénasque a été très demandée jusqu’à la fin de la récolte, mi-juillet.

Côté Drosophila suzukii, si certaines parcelles ont été lourdement touchées, les attaques ont été globalement moins fortes que les années précédentes. Malgré tout cela, 1100 tonnes de cerises ont été produites au sein du groupement Monts de Venasque, quasiment l’égal de la production 2017.

« Durant cette année 2017, il y a eu au moins trois bonnes nouvelles pour notre syndicat », a conclu son président. « La première, c’est que les enfants de certains de nos adhérents reprennent l’exploitation de leurs parents, que de nouveaux adhérents avec de fortes capacités de production nous rejoignent, et enfin qu’une trentaine d’hectares de nouvelles variétés sont entrés en production cette année. »

De nouveaux plateaux

Coté projet, pour la campagne 2018 le plateau va être rigidifié, avec deux ergots au lieu d’un. Le tarif des plateaux va par contre passer à 748 les 1000, soit 45 euros d’augmentation. Une signature marketing particulière (« 40 ans d’excellence ») va être adoptée à l’occasion des 40 ans du Syndicat. Une unité consommateur 2 kilos va être lancée, pour faire face au fort succès de la vente directe. Elle pourra être fermée sur le dessus, à la demande, avec un visuel autocollant ‘Monts de Venasque’. Enfin, cette année, une commande groupée de chevalet, de seaux et de balances électroniques va être organisée : les producteurs intéressés doivent se faire connaître auprès du syndicat.

Une fois cette AG terminée, ce fut au tour de l’AG de la confrérie, présidée par Marcel Frossard. L’année 2017 fut aussi une bonne année à ce niveau, la confrérie participant à une quinzaine de manifestations, grâce au soutien des producteurs et de quelques communes.

Un festival sous forme d’anniversaire

Cette année, c’est donc aussi un anniversaire pour cette confrérie, qui a été créée en 1998. Le Festival de la cerise, qui aura lieu cette année le 10 juin, sera donc une occasion de faire célébrer cet anniversaire. Un parrain un peu exceptionnel sera intronisé, et une œuvre d’art, réalisée par un artisan local, sera dévoilée. « On va ressortir aussi toutes les photos de ces 20 années, comme on l’avait fait pour les 10 ans », explique Marcel Frossard. Il y aura aussi de la vente directe, qui rencontre chaque année un succès grandissant – 2,5 tonnes ont été vendues l’année dernière. « Nous comptons sur tout le monde, les producteurs, les expéditeurs, pour poser le plus possible d’affiches, dans vos villages, là où vous passez. Et on aura aussi besoin de bras, le jour de la fête ! »

Pierre Nicolas, CLP


Fruits & légumesCerise venasque festival