Assemblée générale de la FDO de Vaucluse : PAC, loup et sécheresse minent le moral des éleveurs ovins

Publié le 27 avril 2018

Lors de l’AG de la FDO 84, son président, Émilien Bonnet, s’est félicité de voir que les représentants de l’administration étaient venus en nombre.

Après une année 2017 particulièrement éprouvante pour les éleveurs ovins du Vaucluse, la Fédération départementale ovine tenait lundi 9 avril son assemblée générale annuelle pour faire son bilan d’activité mais surtout pour se projeter rapidement dans l’avenir.

C’est au centre du département, dans la commune de Saint-Didier, que s’est tenu lundi 9 avril l’assemblée générale de la Fédération départementale ovine (FDO) de Vaucluse, en présence du maire et vice-président de la Cove, Gilles Veve, de Bénédicte Martin, présidente de la commission ‘Agriculture’ au Conseil régional – qui, malgré son emploi du temps chargé a pu venir participer aux débats – de Pauline Ricard, chargée de mission au Conseil départemental et de l’attachée parlementaire du député, Adrien Morénas.

Le président de la FDO, Émilien Bonnet, a été très satisfait de voir que les représentants de l’administration – DDT et DDPP – étaient venus en nombre pour présenter les différents dossiers réglementaires, mais surtout pour répondre aux nombreuses questions des éleveurs. Pas de défilades et de discours langues de bois de la part de l’administration et des éleveurs ce qui permis d’avoir des débats vivants et très concrets.

Prenant la parole pour la partie statutaire, Émilien Bonnet a tout d’abord souligné l’importante activité du syndicat au cours de l’année 2017 : « La filière ovine départementale n’a pas été épargnée. La complexité des dossiers PAC et les retards de paiement des aides fragilisent la trésorerie de nos exploitations ; l’explosion des attaques de loups inquiète les éleveurs ; la sécheresse a fortement impacté les réserves fourragères de nos élevages ; et l’avenir des abattoirs et du marché de l’aïd est de plus en plus incertain. Tous ces sujets ont nécessité notre mobilisation. Je remercie tous les administrateurs qui se sont impliqués en participant aux nombreuses réunions programmées au cours de l’année écoulée et qui ont permis de défendre au mieux notre filière ».

Confiance maintenue.

Malgré les difficultés, les éleveurs ovins du Vaucluse maintiennent leur confiance en leur syndicat : « Le nombre d’adhérents et d’ovins est stable et la FDO représente toujours plus de 90% du cheptel ovin départemental. Nous constatons ces derniers mois de nouvelles installations sur le département, la dynamique est encourageante quand on voit la baisse des effectifs dans de très nombreux départements », souligne Émilien Bonnet. Cette dynamique de la filière s’est également concrétisé en 2017 à l’occasion de la 59e foire-concours aux agnelles et béliers Préalpes du Sud de Saint-Christol, le premier dimanche d’août, mais aussi en participant à la première édition de ‘Terroirs en fêtes’, les 17 et 18 juin à Châteauneuf-de-Gadagne, fête organisée par le Conseil départemental.

Le loup et la PAC inquiètent les éleveurs.

La présentation du nouveau plan ‘Loup’ par Jean-Marc Courdier, en charge du dossier loup à la DDT 84, a rapidement soulevé les protestations des éleveurs présents qui considèrent que les mesures de ce plan restent inadaptées pour protéger efficacement les troupeaux. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : dans le Vaucluse, 15 attaques ayant fait 36 victimes ont été constatées en 2017, soit une augmentation sur un an de 87,5% des attaques et de 400% des victimes (lire également page 5).

Les nouvelles modalités de tirs de défense simples, l’accompagnement technique des éleveurs ainsi que la formation collective aux chiens de protection sont quelques-unes des réponses envisageables selon Jean-Marc Courdier, également favorable à la mise en place d’une alerte attaque par SMS au niveau du département. Sur ce dossier le Conseil régional est actif, comme le confirme Bénédicte Martin : « Nous avons contacté un avocat avec la région AURA pour remettre en question le statut du loup ».

Jean-Louis Blasco, FDO 84


Autres productionsElevage